Fil info
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga
20:16 Rétablissons les faits réels : a publié une image de cette cérémonie.
09:51L toujours avec nous et dans notre ❤️ le faire vivre une urgence !! https://t.co/WkKC72f5CT
09:20Aujourd’hui jour de soutien à Sylvie postière à qui passe en conseil de discipline ✊🏼… https://t.co/eRtiBqNEM9

Injustement vilipendé, il se fâche et c'est l'effet boomerang

Justice

Voilà une affaire où les protagonistes ont tour à tour été piteusement inspirés. Celle-ci a eu lieu à Agonac. Une femme a été blessée, un habitant de Thiviers sera traduit en justice, selon la procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC).

Mercredi dernier, il est environ 19h30 quand un habitant de Thiviers gare sa voiture devant un café d'Agonac, sur une place réservée aux personnes handicapées. Et pour cause : il est titulaire d'un justificatif d'une carte attestant de sa situation et du droit de stationnement associé. Las, il oublie de la poser sur le tableau de bord.

Alors qu'il prend un verre, il entend qu'on se plaint qu'un véhicule occupe la place réservée. Et voilà qu'entre une cliente de l'établissement et le propriétaire de la voiture, on se parle haut et fort. Bref, on monte dans les tours. L'homme de 48 ans jette alors un carton au visage de la dame de 56 ans. Avant de remonter en voiture.

LIRE AUSSI : Si le sas du bar discothèque n'était pas surveillé, l'entrée, si, et... bonjour la dérouillée

Sauf que la victime a entrepris de l'empêcher de s'en aller... et avec assez de détermination pour s'accrocher à la vitre d'une portière. Pas de quoi faire tomber la tension : le conducteur a démarré, la dame s'est cramponnée. Elle s'est ainsi retrouvée traînée sur 2 mètres, avant de se retrouver par terre.

Ce remorquage lui a valu des blessures : entorse à la cheville, genou abîmé... de quoi se retrouver avec 6 jours d'ITT.

LIRE AUSSI : Coincé sous sa voiture accidentée, un homme gravement blessé près de Bergerac

Les gendarmes de Mareuil ont interpellé le conducteur, qui a reconnu les faits. Les gendarmes, eux, ont pointé que, plusieurs heures après la fichue dispute qui a mal tourné, le quadragénaire affichait encore un taux d'alcool dans le sang au-dessus d'un gramme.

C'est ainsi qu'il sera jugé le 28 janvier prochain, dans le cadre d'une CRPC pour conduite sous l'emprise d'un état alcoolique. Et en récidive : l'an dernier, il a été condamné pour le même motif.