Fil info
11:39RT : Avec les postier.e.s en lutte à devant le centre de tri… https://t.co/RcjvkQ1Pkw
11:08Incompréhensible cluzel!!! Région : L’ARS ferme le centre expert autisme du Limousin | L'Echo https://t.co/bjaDRaLYnY via
07:59Région : Dépôt de bilan de l’entreprise de porcelaine J.l. Coquet à Saint-Léonard -> https://t.co/PHjZHN9Cjk
07:35# # - -Vienne : Tati Limoges reste ouvert et change d’enseigne -> https://t.co/2hwwgiUo7O
07:33France : «Le labyrinthe de la Voix» sillonne la porte océane -> https://t.co/lWpldLZ5Bs
07:30France : Limousine Park, moins cher, plus interactif -> https://t.co/reUfVzI2SL
07:26Région : Contre les punaises de lit : notre meilleur ami, le chien -> https://t.co/dv2rPSJqZE
22:56 Désolée on ne peut pas y croire ou alors qu'il dénonce de toutes ses forces la remise en cause sans pr… https://t.co/48jOvXeUnj
22:12Ribérac : La photo de la voisine confond le voleur -> https://t.co/Vrvrmiwwwm
21:15Région : L’ARS ferme le centre expert autisme du Limousin | L'Echo https://t.co/9ql4IKcjcl via
21:14Sarliac-sur-l'Isle : La preuve par l’exemple -> https://t.co/WNSVy1YIfv
21:12Région : L’ARS ferme le centre expert autisme du Limousin | L'Echo https://t.co/9SP8yBiQ7k via
20:49Corrèze : A tire d'ailes à l'aéroport de Brive-Vallée de la Dordogne -> https://t.co/ZyElSS7EfE
20:21RT : Ce matin, un contrôleur de train originaire de Brive a été agressé dans le train aux Aubrais près d'Orléans. Les co… https://t.co/gHYrmurXPl

Une école à haut débit à Brive

Insertion professionnelle

C’est officiel, la 9ème école des plombiers du numérique est ouverte à Brive. Douze stagiaires sont impliqués dans une première session de formation en attendant les suivantes.
En Nouvelle Aquitaine, elle est la deuxième école après Bordeaux. Le créateur de ce concept est  l’homme d’affaires-philanthrope Florian du Boÿs, actuel dirigeant de Zayo France, un opérateur international de fibre optique, détenteur de 9 centres de données sur le territoire. Avec son épouse Crama Trouillot-du Boÿs, il co-dirige le fonds de dotation Impala Avenir. Un fonds placé sous l’égide de la fondation Caritas France. L’objectif de ce fonds est d’accompagner les projets civils dédiés aux populations précaires. Après un premier projet pilote à Chelles, en région parisienne, dans une école dite de la deuxième chance auprès des 17-24 ans, le concept de ce parcours formation intitulé École des plombiers du numérique s’étend en France à mesure que la fibre s’installe dans les régions. «Nous avons formé 250 jeunes en France depuis 2017. Une première session a commencé à Brive depuis deux mois. Une autre est prévue en septembre. Nous envisageons de former 30 à 40 jeunes par an à raison de 3 à 4 sessions de formation» envisage Florian du Boÿs qui avait fait le déplacement à Brive depuis la capitale à l’occasion de l’inauguration officielle de cette nouvelle implantation. L’école des plombiers du numérique briviste s’intègre au campus de formation professionnelle compagnonnique. «Une nouvelle formation qui engage le CFPC sur un chemin de vie durable. Nous envisageons également l’ouverture d’un CFA pour accueillir des apprentis en septembre 2019» a annoncé le directeur, Daniel Freygefond dans son discours inaugural.

Formation particulière

«Les jeunes déscolarisés sont notre public cible. La sélection se fait par la motivation. Elle vise celui qui est sans diplôme ou avec un niveau CAP. Les métiers du numérique sont des professions où l’ascenseur social fonctionne» argumente Florian du Boÿs qui augure le numérique comme source intarissable de nouveaux métiers : maintenance des réseaux de fibre, gestion des data centers, de la future «smart city» qui ne va pas sans sa vidéo-surveillance. À l’issue de leur parcours-formation, les stagiaires sortiront permis de conduire en poche, financé par la Région. Ils pourront envisager soit un contrat de professionnalisation avec les entreprises partenaires, Axione et Scopelec ; soit  poursuivre sur une formation diplômante. «C’est une formation particulière car elle s’appuie sur une préqualification de 400 heures avec différents modules qui s’articulent autour de quatre piliers : la remise à niveau, l’apprentissage des gestes techniques comme la soudure, la mesure, monter sur un poteau, aller dans une chambre, acquisition des normes de sécurité avec les CASES et la certification électrique et la mobilité» décrit le directeur du CFPC.

Sabine Parisot