Fil info
20:15Périgueux : Terminus Périgueux pour Julien -> https://t.co/UpphNbAls3
20:11Dordogne : Les vacances, un droit pour tous -> https://t.co/R4vko1MZyr
18:46Châteauroux : La Banque de France pour une bouchée de pain -> https://t.co/dXJTOwS5SN
18:41RT : Notre maison brûle regarde l' et tente de faire oublier qu'il a validé l'accord UE-Merco… https://t.co/VbZVVraRbs
18:30Montgivray : Deux jours auprès des agriculteurs -> https://t.co/f1hifxaiSV
16:51 C'est triste......très triste
16:48Le jeune Tristan a été retrouvé mort en fin de matinée par les gendarmes. D'importants moyens avaient été engagés p… https://t.co/4oB5Qe6mER
15:59Sarlat-la-Canéda : Les Musicales : splendide partition à deux -> https://t.co/uGRZcLuSUS
13:26Le Lardin-Saint-Lazare : Dans le Sarladais, il percute un piéton... et poursuit sa route -> https://t.co/PbPfiKGMAT
12:04RT : | A partir du 26/08, circulation interdite sur la RD 54 en raison de travaux de réhabilitation du barr… https://t.co/f9BPI4XDKC
12:03RT : Toile sous les étoiles : projection gratuite du film "Le sens de la fête" demain soir quartier du Sablard 👉… https://t.co/XK3HYLVfMb
11:57# # - -Vienne : Appel à témoin après la dispartition d'un mineur -> https://t.co/ypw55Tmk1l
08:02Bergerac : Mais ce qu’il va faire chaud, et jusqu’à Périgueux -> https://t.co/KhBlaoNhCR
07:36# # - : L’été une période propice aux chantiers -> https://t.co/pi2HoJbemY
07:33# # - -Vienne : L’opérette fait son festival -> https://t.co/VvELKj8ODX
07:31Région : La bataille de Fatima et son bébé pour obtenir un endroit où dormir -> https://t.co/bcVaVd1HCv
07:28Région : Le futur version arts du cirque -> https://t.co/zW3WQxMwtO
06:41La Bachellerie : Dans l'accident, la voiture se retrouve sur le toit -> https://t.co/MgcYpQDRZl
23:23Villamblard : Une... étoile dans le Bergeracois -> https://t.co/YBWF18vM9i

Coup de chaud sur les services publics

Social

Cheminots, enseignants, parents d’élèves, agents territoriaux, personnels hospitaliers, salariés de la CAF étaient tous réunis aujourd'hui sur le parvis du théâtre avec pour seul mot d’ordre : la défense des services publics.

Coup de chaud sur les services publics ! Et ce n’est pas la canicule qui en est à l’origine. Rien de nouveau sous le soleil ? Peut-être.
Sauf qu'aujourd'hui à Brive, la CGT a organisé une journée de mobilisation  lors de laquelle les personnels des différents services publics se  sont   directement adressés  aux  usagers  pour  leur expliquer  les  dangers de la mise  en application des différentes  lois  émises  par le  gouvernement. Education, Santé, Social, Territorial, ... tous dénoncent une casse programmée des services publics et de l’essence même de ses missions d’égalité au sein des territoires.
Les réformes, elles, ne manquent pas et quel que soit le secteur tous s’inquiètent de la baisse des moyens humains et de ses conséquences sur le bon fonctionnement des dits services.
«Ce n’est pas avec des personnels en CDD de six mois qu’on va pouvoir gérer les dossiers des allocataires» tonne Fabienne Cassagnes de la  CGT Organisme Sociaux alors même qu’une grève était en cours dans les CAF, hier.
Privatisation rampante
Au cœur de l’actualité, avec des services d’urgences au bord de l’explosion un peu partout, les hôpitaux étaient bien sûr représentés. «Au delà des  urgences, c’est l’hôpital public qui est en danger. Aujourd’hui nous avons l’impression que tout est fait pour que l’hôpital soit une entreprise comme  les autres avec ses agents en 3x8 qui doivent être rentables. Nous allons de plus en plus vers la privatisation des soins» alerte Nathalie Cousty pour la CGT santé.
De son côté, Arnaud Boyer  du Snes FSU ne décolère pas contre la loi Blanquer et la réforme du bac. «On constate qu’avec Parcousup il y a une  explosion des frais  de scolarité. Car pour ne pas se retrouver le bec dans l’eau en cas de non affectation  beaucoup de jeunes se tournent vers la formation privée. On estime à 10% la hausse d’inscriptions dans le privé» expose-t-il. Egalement mis en exergue par l’enseignant, l’attaque faite au  statut de fonctionnaire. Et c’est bien là que le bât blesse car «c’est ce statut qui garantit une égalité de traitement sur l’ensemble du territoire»  observe-t-il.  
Les parents d’élèves ne sont pas plus rassurés. «Pour la première année les secondes qui vont passer en première ont à composer avec les  spécialités. Le ministre a clairement annoncé que le choix de ces options serait libre mais force est de constater qu’il n’en est rien. Tous les lycées n’ont pas toutes les options et c’est finalement des dérogations qu’il faut demander pour aller dans le lycée qui les dispense. De nombreux parents nous ont contactés et nous estimons qu’une centaine d’élèves, soit l’équivalent de trois classes sont dans ce cas à Brive» observe Myriam Nussli pour la FCPE.  
Sur le pied de guerre il y a un an, les cheminots eux ne lâchent toujours rien quant à la réforme du ferroviaire. «Localement on l’a vu récemment avec les fermetures de guichets dans les gares. Aujourd’hui on est dans la situation où on va demander aux agents de la poste de faire partir les trains ! Et demain si on ne fait rien le cœur de métier de la SNCF ne sera plus le train» s’insurge Franck Arrivé de la CGT cheminot. Car la privatisation arrive précisément à grand train dans le ferroviaire. «Flixtrain s’est déjà positionné sur l’axe Palito pour deux allers-retours quotidiens. Mais on sait  pertinemment que les petites gares de la ligne ne seront pas desservies. On peut aussi se demander à qui vont aller les nouveaux matériels commandés pour la régénération» s’interroge-t-il.
Vers une convergence des luttes à la rentrée ?
Pour Thierry Rousseau le secrétaire de l’UL CGT du bassin de Brive, quel que soit le service public «tous ont les mêmes problèmes. Manque  d’effectif, pression, fermeture de certains sites. L’heure est à la convergence parce que tout le monde a compris qu’on ne pourra rien faire tout seul  dans son coin. Aujourd’hui il y a un mot qui revient constamment à nos oreilles : la dématérialisation. C’est aussi cela qui est en train de flinguer les services publics. C’est quand même un comble de devoir passer par le privé pour faire une carte grise qui, je le rappelle, est un impôt ! Mais cela  touche indifféremment les finances publiques avec les télédéclarations mais aussi les hôpitaux où la prise de rendez-vous passe encore par l’informatique».
Rendez-vous est déjà pris en septembre pour continuer le combat.

Mathieu Andreau

Nike Air Jordan Apparel