Fil info
19:05 Je ne suis (je n'étais) que lecteur et je n'ai aucune information mais l'expressio… https://t.co/I8fLtcLSAR

L’élevage en force en centre-ville

Agriculture

Les 24 et 25 août prochains, Brive accueille le festival de l’élevage. Cela fait plus de 50 ans que la plus grande ferme de la Corrèze s’implante dans le cœur de la cité gaillarde. Vitrine du savoir-faire régional, l’événement permet surtout aux éleveurs de pouvoir parler de leur métier au grand public.

Organisé en étroite collaboration entre la Ville de Brive et la Chambre d’Agriculture de la Corrèze, le festival  «du bien élever au bien manger» place l’élevage au cœur de la ville et des intentions.
Bovins, ovins, porcins mais aussi volaille, aviculture et ornithologie... près de 700 animaux sont attendus sous les différents pavillons du festival halle Brassens. Cette année, Régis Géraud succède à Sébastien Soulier pour l’organisation de la manifestation, devenue un événement incontournable des étés brivistes.
«Je reprends le flambeau mais j’en connais les rouages puisque je suis non seulement éleveur à Juillac mais aussi exposant depuis 25 ans. A l’heure où l’agriculture est quelque peu malmenée, avoir une ferme en ville est assez rare et nous souhaitons surtout garder l’essence de ce rendez-vous qui était en premier lieu un comice agricole» explique son responsable.
Premier producteur en veau de lait sous la mère et fort d’un cheptel de 125.000 limousines, la Corrèze voit dans cet événement une belle vitrine du  savoir-faire de ses éleveurs.
Des concours dont une dernière sélection avant Paris, mais aussi une vente internationale mettront en avant le fleuron de la race bovine limousine.
Attaché au local mais désireux de diversité, le festival s’est ouvert  aux éleveurs de tous horizons. Cette année, la race bovine Salers fait sa grande entrée sous les chapiteaux.
Les nouveautés sont d’ailleurs légion : un espace supplémentaire pour les professionnels autour de l’agriculture, une Halle Brassens réservée aux stands de production locale autour du goût et de l’alimentation, un espace restauration agrandi de 100 m2, entres autres nouveautés.
Lancées il y a trois ans, les conférences-débats font leur retour  samedi à 10h30 «Et si je devenais agriculteur ?», à 15h «Bienvenue les vers de terre», le dimanche à 11h, «Nos enfants mangent local à l’école» et à 14h30 «Ces petits insectes qui aident l’agriculture».
Intervenant également sur ces conférences, les écoles d’agriculture seront présentes tout le long du festival :  «Donner envie et susciter des vocations bien-sûr, ça fait également partie de nos souhaits. Les conférences permettent surtout de pourvoir interagir entre professionnels et d’informer le public puisque tout le monde ne sait pas forcément que des circuits cours sont mis en place dans les écoles de la région par exemple» explique Régis Géraud.
Expositions de matériels agricoles, présentation d’une salle de traite, démonstration de chiens de troupeaux, recettes originales du terroir,  spectacles équestres, confréries... les animations seront diverses et variées. Le festival verra la présence d’un train attelé permettant d’approvisionner les stands mais aussi de réguler les déchets sur le site. Des roulottes circuleront dans le centre-ville, permettant l’acheminement des visiteurs  tout en faisant découvrir le patrimoine sous un autre angle.
Pour la première fois, des blogueurs spécialisés suivront les différents événements. Un concours photo est organisé pour les visiteurs. Ce week-end, le festival de l’élevage promet de porter un autre regard sur l’agriculture.

Sabine Taverdet