Fil info
11:02 hélas ne pourra pas lui rendre hommage
20:08La mort de Poupou... Un choc. On le croyait immortel... Grâce à , j'avais pu recueillir de nombreux témoi… https://t.co/DXXy23JzAW

Échappée belle pour la 38ème Foire du Livre

Littérature

2019 verra la Foire du Livre devenir tentaculaire ! On l’a déjà vue s’échapper de son berceau, la Halle Brassens, pour gagner le théâtre et le cinéma. Elle y reviendra et se propagera dans les médiathèques, le théâtre de la Grange, le centre Edmond-Michelet et l’hôpital...

Les 8, 9 et 10 novembre prochains, elle sera partout. Brive vivra au rythme de sa Foire du Livre. La 38ème, celle où la fièvre commence à monter... «Nous allons mettre la foire dans la Foire» prévient son commissaire François David. Une dénomination que le journaliste-écrivain   Eric Fottorino préfère à celle de salon. «Moi, je ne pensais pas à moi pour présider ce salon ! J’aime l’idée que cela s’appelle une foire et pas un salon, justement. La foire évoque un moment d’échange chaleureux. C’est une proposition gratifiante que de vivre ce grand moment de Brive où l’on parlera vélo, littérature et cinéma» annonce le 38ème  président après Delphine de Vigan.

Du serieux avant la foire !

Eric Fottorino prend sa mission à cœur, il n’a pas dédaigné venir en personne présenter son programme et ses invités, parmi lesquelles le cinéaste Costa-Gavras. Les deux hommes donneront une «leçon de cinéma» samedi soir au Rex. Le dix-neuvième long métrage du réalisateur franco-grec «Adults in the room», dont la sortie nationale est le 6 novembre, s’appuie sur le témoignage de l’économiste Yanis Varoufakis devenu ministre des finances de la Grèce en 2015, en pleine crise économique sévère. Un film d’action qui porte la politique à l’écran comme seul peut les réaliser Costa-Gavras. Ici, l’histoire du choix démocratique d’un peuple en proie aux dogmes idéologiques d’une Union européenne liée à la finance. C’est dire si le voyage porte loin avec cette
nouvelle édition de la Foire du Livre. Loin hors les murs, loin en réflexion sociétale.

On parlera vélo

Rentré dans nos frontières, on parlera vélo. Lors de son passage à Brive, Eric Fottorino a été sacré parrain du premier parc de vélos électriques. Un rôle qu’il a pris avec bonhomie, lui qui envisage le vélo comme «le roi des villes». Après avoir longtemps été petite reine, la bicyclette a gagné en testostérone ! Brive envisage de lui faire la part belle sur le bitume. La voilà qui s’impose, la petite reine, comme étant le véhicule des temps modernes voire celui du futur. Qu’importe le genre, pourvu qu’on ait l’ivresse. Celle des «mille façons de pédaler» que viendra nous conter Eric Fottorino lors d’un rendez-vous programmé sur son champ de foire autour de la légende du Tour de France. Tel est le nouveau président, capable d’apporter «un regard documenté et alerte sur le monde qui nous entoure». En sa compagnie, seront aussi dialoguées «Les nouvelles frontières du journalisme» entre Bruno Patino, directeur éditorial d'Arte France et Sandrine Thomas, directrice des rédactions du Groupe Centre France. Il sera question de servitude numérique, d’information soumise à l’instantanée. «Une tentative d’appréhender le réel dans une société du spectacle où comme le disait Guy Debord ‘‘le vrai n’est plus qu’un moment du faux’’» décrit celui qui a dirigé le Monde pendant 25 ans. De la littérature, il y en aura aussi. L’étendue de l’œuvre d’Éric Fottorino sera mise en lumière par Mohamed Assaoui du Figaro Littéraire lors du Grand Entretien.

Romain Gary à l'honneur

C’est avec Mireille Sacotte, professeur émérite à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris III, et Olivier Weber, grand reporter et ancien correspondant de guerre, que le président Fottorino évoquera «une de ses madeleines littéraires : Romain Gary». L’auteur caméléon vient de faire son entrée dans la Pléiade. Trois romans pour dire «les trois visages de Romain Gary. Le visionnaire avec Éducation européenne, l’écologiste lorsqu’il défend la cause des éléphants dans Les racines du ciel, le féministe dans La Nuit sera calme». Autre rendez-vous autour de l’éducation «Les enfants pas comme les autres» où la pédagogue aux 220 000 exemplaires vendus, Céline Alvarez, viendra présenter son dernier ouvrage qui propose cette fois «Une année pour tout changer».

Irruption en rue

Elle quittera donc son nid cette Foire du Livre pour s’étendre dans les rues dans lesquelles on dira de la poésie. Serge Pey, maître de la poésie d’action à l’université de Toulouse conduira sa déambulation poétique samedi 8 à 11h depuis la médiathèque jusqu’à la halle Brassens. La poésie trouvera aussi refuge samedi soir à 20h30 au théâtre de la Grange pour une soirée autour du Prix Mallarmé décernée à Claudine Bohi. Autour d’une horde sympathique de poètes. Vendredi à 18h30, le centre Edmond-Michelet accueillera Bernadette Pécassou pour son ouvrage dédié à la nièce du Général : Geneviève de Gaulle-Anthonioz.
Au centre hospitalier, Lucie Créoff, écrivaine hospitalière partagera son expérience avec Yann Queffélec. Dans les médiathèques,  une série de conversations avec plusieurs auteurs samedi et dimanche.
Quant au train du livre, il est bel et bien annoncé en gare de Brive à 13h le vendredi 8.

Sabine Parisot