Réflexes et bons gestes avec les secouristes de la Protection civile

Des bénévoles de la Protection civile montraient les gestes de premiers secours, hier, dans le cadre de l’opération Bougez à Belle-Isle. Avec cette première approche, ils espèrent motiver les personnes pour qu’elles viennent se former.

Sur la plage de Belle-Isle, une petite dizaine de personnes s’était rassemblée, hier, autour d’une couverture. Pas question de faire la sieste. Celle-ci était là pour que les participants puissent s’allonger et simuler un malaise. Pendant environ 1 h 30, Christian Ottan, moniteur de premiers secours à la Protection civile leur a montré les gestes à adopter en cas d’urgence. « La population française est l’une des plus mal formées au premiers secours de toute l’Europe. On l’a vu encore plus avec les récents événements. Face à un cas grave, soit les gens font n’importe quoi, soit ils sont tétanisés. Alors qu’avec certains gestes simples, on peut sauver une vie. »
Le premier exemple qu’a abordé Christian Ottan est la PLS, position latérale de sécurité, à réserver aux personnes inconscientes, mais qui respirent. Est venu ensuite le cas du massage cardiaque et du bouche à bouche à réaliser sur une personne inconsciente, qui ne respire pas et enfin, l’utilisation du défibrillateur.
Pour chacune des étapes, l’instructeur a expliqué les mécanismes physiologiques en jeu et présente les gestes. Au tour des apprentis secouristes de les reproduire, beaucoup testaient pour la première fois. Et même s’ils n’étaient pas sûrs de tout retenir, pour eux, voir à « décomplexifié » l’acte. « ça reste difficile, et sûrement plus encore sous la panique, mais au moins on aura vu les bons gestes. Ils ne sont plus complètement inconnus. » en retient Lucie. Pour Jean-Louis, venir tenait de l’acte citoyen. « Avec les événements aujourd’hui, on peut être confronté à un accident ou pire. Il est normal que chaque personne sache un minimum sur le secourisme. »
L’enjeu, maintenant, est de faire venir ces participants à un stage complet. « Ici, c’est juste une première approche. Notre but, c’est de les mener à suivre un stage PSC, premiers secours civiques, niveau 1, explique Christian Ottan. La formation dure sept heures où l’on a le temps de mieux développer. » Najat, l’une des stagiaires, était déjà partante. « Je possède un hôtel. On ne sait jamais ce qui peut arriver à un client. C’est essentiel d’avoir en tête ces premiers gestes. » La Protection civile de l’Indre organise son prochain stage PSC en septembre, ainsi que son congrès fédéral national à Équinoxe et sur son parvis les 9, 10 et 11 septembre. Le week-end sera l’occasion de découvrir et échanger sur les pratiques du secourisme.
Morgane Thimel
Renseignements et inscriptions : 09 72 46 50 92 ou  secretaire@indre.protection-civile.org

nike air max 90 paypal