Fil info
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga
20:16 Rétablissons les faits réels : a publié une image de cette cérémonie.
09:51L toujours avec nous et dans notre ❤️ le faire vivre une urgence !! https://t.co/WkKC72f5CT
09:20Aujourd’hui jour de soutien à Sylvie postière à qui passe en conseil de discipline ✊🏼… https://t.co/eRtiBqNEM9

Glyphosate : 58 plaintes déposées

Cinquante-huit Indriens ont à leur tour porté plainte devant le tribunal de grande instance après avoir constaté la présence de la glyphosate dans leurs urines. Ils avaient rendez-vous hier.

C’est à l’occasion de l’éco-festival de Clion-sur-Indre en septembre 2018 qu’un appel avait été lancé pour participer à la campagne nationale « Du glyphosate dans mes urines ». Après plusieurs réunions, 70 volontaires, hommes et femmes, âgés de 24 à 80 ans, se sont retrouvés au petit matin les 10 et 11 avril derniers au Poinçonnet dans une salle mise à disposition par la mairie. Des prélèvements ont été faits en présence d’huissiers et envoyés à un laboratoire en Allemagne. Les résultats ont été communiqués le 5 juin aux intéressés. Tous se sont révélés positifs, les taux variant de 0,08 ng/l à 2,274 ng/l alors que le seuil maximum fixé dans l’eau potable est de 0,01 ng/l. « Notre démarche a prouvé que nous sommes sommes tous concernés, donc on a eu raison de le faire », juge Agnès Renauldon, membre du collectif qui a organisé la campagne dans l’Indre.
Cinquante-huit plaintes au final ont été déposées hier au tribunal de grande instance de Châteauroux pour mise en danger de la vie d’autrui, tromperie aggravée et atteintes à l’environnement. Les plaignants se sont retrouvés à 14 h devant le tribunal avec leur résultat affiché sur la poitrine. Puis, une petite délégation de cinq personness, dont Clémence, une jeune femme enceinte de 8 mois, sont allés faire enregistrer les plaintes. Celles-ci devraient être transmises au pôle santé du tribunal de grande instance de Paris qui centralise l’ensemble de ces plaintes, environ 5 400 à ce jour, émanant d’une cinquantaine de collectifs.
« Contrairement à ce que certains veulent faire croire, notre mouvement n’est pas dirigé contre le milieu agricole mais contre un modèle agricole », tient à souligner Jacques Lucbert, président d’Indre nature. Quelques agriculteurs figurent d’ailleurs parmi les volontaires. Secrétaire de la Confédération paysanne dans l’Indre, Sylvain Gourbault rappelle que son organisation a pris position contre le glyphosate et réclame « une sortie accompagnée ».
Des questionnaires ont été remplis par les volontaires qui vont faire l’objet d’une étude scientifique.
Les plaintes ont été déposées mais quand seront-elles examinées ? Nul ne le sait mais tous se préparent à une longue attente.
J-M Desloges