Scepticisme affiché vis à vis de la reprise en 2015

Economie

La Chambre de commerce et de l’industrie de la Corrèze a dévoilé, hier, les résultats de son traditionnel baromètre conjoncturel. Malgré un contexte socio-économique inédit depuis sept ans, les entrepreneurs du département se montrent  sceptiques sinon pessimistes sur une éventuelle reprise économique. Selon les 215 entreprises interrogées entre janvier et mars, «la conjoncture difficile» a encore lourdement pesé sur les résultats de l’exercice 2014 et le scepticisme reste de mise quant aux prévisions 2015.
«D’une manière générale, l’année 2014 s’est encore traduite par une proportion relativement faible d’entreprises vraiment satisfaites de leurs performances» résume Anne Mambrini, responsable de l’observatoire économique de la CCI. Seulement 32,1% le sont en 2014 contre 36,8% l’année précédente. «Depuis 2011, cet indicateur a reculé de 14 points» précise-t-elle.
Et pour les chefs d’entreprises interrogés, les perspectives ne semblent pas meilleures. Pire, les inquiétudes sont visiblement plus fortes cette année qu’il y a un an. Les prévisions 2014 traduisaient certes une prudence mais teintée d’un léger optimisme dans certains secteurs. En 2015, l’optimisme laisse place dans le meilleur des cas à la prudence sinon au scepticisme.
Les situations sont pourtant à différencier selon les secteurs d’activité. Dans l’industrie, après une année 2014 marquée par «une amélioration sensible» les prévisions se veulent prudentes concernant 2015.
Pour le BTP déjà empreint de morosité lors de la dernière étude, la situation 2014 s’est encore nettement dégradée et les inquiétudes sont fortes quant aux douze prochains mois. Après des signes ténus d’amélioration constatés sur l’exercice précédent, les entreprises de gros et de services aux entreprises s’attendent à une nouvelle dégradation de leur activité. Une dégradation déjà ressentie en 2014 dans le secteur de l’hôtellerie  dont les perspectives sont encore très pessimistes pour 2015.
Seul secteur à tirer son épingle du jeu : le commerce de détail (essentiellement la grande distribution) et les services à la personne. Après une légère embellie en 2014, les chefs d’entreprises du secteur s’attendent à une poursuite de l’amélioration courant 2015, sans toutefois paraître euphoriques.
«Nous sommes pourtant dans un contexte socio-économique totalement inédit, marqué par de très nombreux facteurs qui représentent des atouts incontestables pour favoriser la reprise : baisse de l’euro, une consommation qui repart, des crédits plus faciles, le pétrole bon marché... sans compter les multiples mesures gouvernementales qui tendraient à favoriser l’entreprise (CICE, pacte de responsabilité, soutien à l’investissement)» note le président de la CCI, Jean-Louis Nesti. «C’est un véritable paradoxe que nous vivons aujourd’hui. Il y a un décalage très net entre les bons indicateurs de l’économie et la situation des entreprises» ajoute-t-il. Les entreprises seraient-elles traumatisées par sept longues années de crise? «Certainement ! En tout cas les chefs d’entreprises ne reprennent pas confiance ou très difficilement. Des économies vont être réalisées en massifiant tout à travers des agglomérations, des métropoles, mais tout ce qui est aménagement du territoire est en train de se déliter. Ce n’est pas avec des technocrates et leurs ratios qu’on va s’en sortir, il faut du bons sens. Des économies, il faut en faire, mais il faut recommencer à avoir des ressources et à créer de la richesse. Ce n’est pas en créant des géants aux pieds d’argile qu’on va relancer l’économie. Tant qu’on n’aura pas compris qu’il est nécessaire de produire sur le territoire, même des produits banals, on ne s’en sortira pas» analyse Jean-Louis Nesti.

Méthodologie
Le baromètre conjoncturel est une enquête d’opinion menée par l’Observatoire économique  auprès de 215 entreprises de plus de 10 salariés entre le mois de janvier et mars 2015. Ce panel représente 11.000 emplois soit  27,2% en Corrèze.

Mathieu Andreau

adidas Ultra Tech Shock Red BD7935 Release Date