Fil info
18:52La fabrique d’un journal. Imprimerie Rivet. Éditeur de . Colère aussi de savoir que l’, après… https://t.co/UrC2sD3iXM
14:19 Formidable 👍
13:42Le surnom de "Poupou" lui a été donné par un journaliste du quotidien communiste du Centre, di… https://t.co/iG6trKRIOz

Ça plane pour nous et vous ?

Loisirs

En juillet, la saison du parapente bat son plein sur les collines des Monédières. Malgré une météo peu clémente cette année, l’activité proposée par la Station Sport Nature Corrèze continue d’attirer les touristes et les curieux, amateurs de sensations fortes et de paysages à couper le souffle. Nous avons testé l’expérience du vol d’oiseau à 1.200 mètres de hauteur, et ça vaut le coup d’œil.

De mars à octobre ou novembre selon la durée de l’été indien, la Station Sport Nature Corrèze propose des baptêmes, des journées découverte ou des formations au parapente sur le site des Monédières.
C’est à la table d’orientation du Suc au May, le deuxième plus haut point du massif des Monédières, entre Chaumeil et Treignac, que nous avons rendez-vous pour un baptême de parapente.
Nous sommes déjà à 908 mètres d’altitude lorsque notre pilote vient nous chercher pour nous emmener jusqu’à la piste d’envol. Ancien membre de l’Equipe de France, Fred Varrey est arrivé à l’école de parapente des Monédières en 2010. «Un besoin de changer d’air» dit-il avec un sourire.
Il est aujourd’hui le seul moniteur de l’école, mais plus pour longtemps : «Je suis en train de former un de nos anciens élèves, donc nous serons bientôt deux».
Sur la pente de départ, face à l’immensité verte des collines corréziennes, une voile jaune et noire s’élance déjà dans le vide.
Voler, planer comme un oiseau, c’est la sensation que recherchent les novices, qui découvrent l’activité sportive, mais aussi les chevronnés. «Je suis un adepte des  vols non motorisés !» affirme Fred. «J’aime être porté par le vent. Mon rêve serait de monter une station de planeurs ici».
Pour l’heure, il s’agit d’étudier les conditions météorologiques, avant même de déplier le matériel.
Notre pilote scrute l’horizon attentivement. «Il faut connaître le ciel. Ça demande beaucoup de patience, et il y a un certain nombre de notions  théoriques à apprendre lorsqu’on veut pouvoir voler tout seul : réglementation aérienne, climatologie...C’est un sport d’intello en quelque sorte !»  ajoute-t-il en riant.
Ce jour-là nous avons de la chance, le vent nous est plutôt favorable, et le ciel nuageux ne nous empêchera pas de voler.
«Nous sommes complètement dépendants de la météo, reconnaît Fred. Il y a des bonnes et des mauvaises années. Celle-ci par exemple est plutôt catastrophique, et nous avons dû annuler de nombreux vols à cause du mauvais temps ou du vent».
Pour le baptême de parapente, c’est une voile biplace qui est utilisée. Le pilote se trouve derrière nous, aux commandes.
Equipement, dernières consignes de sécurité, et nous voilà en train de dévaler la pente face au vent, le temps que la voile se gonfle au dessus de nos têtes.
Vient alors le moment tant attendu, celui où les pieds se décollent du sol, et que la vallée s’offre à nous à perte de vue.
Confortablement installés dans le siège que forment nos sangles, à 1.200 mètres de haut, il n’y a plus qu’à profiter du paysage, et de la sensation de voler, presque comme un oiseau.
Notre pilote agrémentera le vol de quelques virages serrés, qui ne manqueront pas de provoquer la même adrénaline qu’un manège à sensation. «Le parapente est un sport plutôt zen, explique Fred, mais pour les amateurs du petit frisson, il y a tout un panel de figures à expérimenter, de la  voltige au looping».
Au total, nous aurons passé entre quinze et vingt minutes dans les airs, une durée variable bien sûr selon les conditions.
Le baptême de parapente n’impose pas de limite d’âge, mais l’école des Monédières n’accepte pas les enfants de moins de cinq ans. En revanche, pas de maximum : «J’ai déjà fait voler quelqu’un de 93 ans, raconte Fred. Le décollage et l'atterrissage se font toujours en douceur».
Pour les plus motivés, la formation à partir de douze ans permettra, au bout de 15 jours en moyenne, d’obtenir un brevet et de pouvoir voler seul. «Un peu comme une auto-école !».
Pour la suite, la Station Sport Nature Corrèze développe en ce moment une station d’ULM, de quoi promettre encore de belles aventures aériennes.

Voici une vidéo du vol :
https://youtu.be/x094Z3W1cOY

Audrey Paillasse

Légende photo : Un baptême de parapente biplace en toute sécurité pour des sensations assurées (Crédit photo : Audrey Paillasse).

Nike LunarEpic Flyknit