Achat groupé d’électricité et de gaz

Consommation

La quatrième opération nationale de courtage de l’association UFC-Que Choisir «Énergie moins chère ensemble» pour le gaz naturel et l’électricité est lancée depuis le 5 juin et court jusqu’au 9 septembre.

Le marché du libre échange et de la concurrence n’est pas dans la culture française mais tend à le devenir... UFC-Que Choisir   y travaille. L’association de consommateurs fait jouer la concurrence au service des usagers depuis 2013.
Son idée est de rassembler un maximum de souscripteurs potentiels et d’aller trouver les fournisseurs d’énergies avec ce gros carnet d’adresses assorti d’une protection juridique visant à protéger les consommateurs. «C’est ce qu’on appelle un appel d’offre inversé» explique Alain Mathivaud, bénévole de l’antenne corrézienne. «Cette quatrième campagne concerne trois lots : l’électricité classique, l’électricité renouvelable et  le gaz naturel, pas celui en cuve» précise Maurice Marre, président de l’UFC Que-Choisir de Corrèze. «Les tarifs réglementés ne cessent d’augmenter, une hausse est prévue en août. Il est même question de supprimer le tarif réglementé pour le gaz» avance-t-il avant d’assurer «Nous souhaitons défendre le  pouvoir d’achat».
Une promesse d’ économie
Selon l’association, les campagnes «Gaz moins cher ensemble» et «Énergie moins chère ensemble» ont permis en moyenne une économie de 155€ par an et par foyer. La précédente opération avait eu lieu en 2017. Les contrats arrivant à échéance, l’achat groupé est relancé afin de  renouveler l’enchère inversée auprès des fournisseurs le 10 septembre prochain. UFC-Que Choisir s’engage à défendre un prix de l’énergie attractif, un contrat avec protection juridique et son implication en cas de réclamation.
Cette année,  UFC-Que Choisir renouvelle le lot d’électricité issue de petits sites de production situés en France, avec un prix fixe pour 1 an pour les 40.000 premières personnes souhaitant souscrire. Pour l’offre d’électricité classique et le gaz, les prix seront garantis deux ans pour l’ensemble des souscripteurs.
En 2017, les lauréats furent Engie sous la marque Happ-e, la société italienne Eni et le fournisseur alternatif EkWateur. Les réductions obtenues par rapport aux tarifs réglementés étaient de 9% pour le gaz et l’électricité, 17 à 20% concernant l’offre des «petits producteurs».
En Corrèze, 1.000 foyers corréziens s’étaient inscrits à la dernière enchère inversée. Pour cette nouvelle campagne, le site d’inscription en ligne  annonce déjà plus de 161.300 inscrits à l’échelle nationale. En 2017, le chiffre définitif était de 222.000 inscrits.
«Il s’agit bien de la consommation. La partie abonnement reste chez Enedis» rappelle Maurice Marre. Plusieurs contrats pourront être   constractualisés avec les nouveaux lauréats, cela étant «pour une maison secondaire dans laquelle on va en vacances trois semaines par an, ça  n’aura pas beaucoup d’impact» conseille l’expert. De même, les signataires de contrats dits «effacement jour de pointe», (une offre datant des  années 1970 !) n’ont aucun intérêt à rompre ce dernier. La démarche semble intéressante et avantageuse puisque 60% des inscrits donnent suite à la signature d’un contrat de fourniture d’énergie indique les membres de l’association corrézienne.
Il faut également rappeler que si le fournisseur est engagé quant à la fixité de son prix, les souscripteurs restent libres de résilier à tout moment. S’agissant de l’inscription à l’enchère inversée, elle reste gratuite sans obligation d’adhésion à l’association UFC-Que Choisir.
«Il est clair que notre action est éducative. C’est aussi accompagner les personnes et les initier au jeu de la concurrence» affirme Maurice Marre.

Sabine Parisot

Photo AFP

Air Jordan I Low