Fil info
23:39Creuse : FNE 23 : nouvelle association qui préserve la nature creusoise, y compris des éoliennes | L'Echo… https://t.co/Qa3j5YQ9rF

Un trafic de stupéfiants démantelé à Tulle

Justice

Hier après-midi, quatre personnes ont été présentées en comparution immédiate devant le TGI de Tulle pour trafic de stupéfiants «de grande ampleur». Elles ont été placées en détention provisoire en attendant leur jugement reporté au 29 juillet prochain.

C’est la «tête du réseau» qui a été interpellée lundi et mardi par la police et conduite devant le tribunal hier après-midi. Quatre hommes âgés entre 28 et 38 ans, dont trois possèdent un casier judiciaire, «le grossiste et les trois dealers principaux», résume le ministère public en audience. Cette vaste affaire résolue grâce à des mois de travail de la BSU de Tulle avec le concours du GIR*,  remonte à 2014. Elle implique «de nombreuses personnes» qui ont été «prévenues». Neuf d’entre elles comparaîtront prochainement en correctionnel pour usage de stupéfiants. La tête pensante du réseau tient un bureau de tabac-presse avenue du Général de Gaulle à Tulle, dans le quartier du Trech.

Vente directe et livraison

Le commerçant est accusé de transport, détention, acquisition, offre ou cession de stupéfiants et de blanchiment. Il n’a pas d’antécédents judiciaires et n’est que «consommateur occasionnel». Ce «dealer en chef», «craint des autres prévenus», assurait «la vente en direct et la livraison
chez les autres dealers». Son commerce n’était «qu’une activité accessoire». Entre un et trois kilos de résine de cannabis étaient écoulés chaque mois environ, au prix de huit euros le gramme. «C’est un volume important avec un chiffre d’affaire de 280.000 euros en moyenne pouvant aller jusqu’à 500.000e par période». D’importantes sommes d’argent ont été découvertes sur les comptes du «grossiste» et plus de 6.000 euros en petites coupures. Ce dernier
encourt une peine de dix ans au vu des faits qui lui sont reprochés.
Un seul des quatre prévenus a voulu être jugé immédiatement hier, les autres ont demandé un report afin de préparer leur défense. Finalement le report de l’audience a concerné tout le monde. Le tribunal a suivi la requête du ministère public en plaçant en détention provisoire les quatre hommes jusqu’à leur jugement à la fin du mois.

Karène Bellina

(*) Brigade de Sûreté Urbaine et Groupement d’Intervention Régional.

Air Max 2018 KPU