Toujours plus à cheval sur l’écosystème

Gignac (46)

Le festival Ecaussystème débute ce soir à Gignac (46). Outre les têtes d’affiche présentes, le festival «100% associatif et 100% indépendant» se démarque aussi par ses initiatives pour réduire son impact environnemental.

Encore sous le coup d’un épisode caniculaire qui a autant frappé les esprits qu’affolé les thermomètres, prendre des dispositions pour limiter son impact sur l’environnement fait forcément sens. Or, depuis sa création, il y a seize ans, le festival a toujours revendiqué des valeurs environnementales qui se traduisent un peu plus chaque année sur le site même du festival.
Poubelles de tri à chaque stand et en backstage, toilettes sèches (aussi bien pour les artistes que les festivaliers et les campeurs), gobelets  réutilisables sont des démarches mises en place par le festival depuis longtemps déjà. Aussi depuis quelques semaines, c’est un grand bâtiment de plus de 320 m² qui a pris place en haut de la prairie du Touron. Un plus en terme de logistique qui permet surtout d’éviter bon nombre de déplacements en voiture.

Vers le zéro déchet plastique

Pour les festivaliers, la grande nouveauté cette année est que les gourdes - vides évidement - seront autorisées à l’entrée du festival. Chacun pourra alors les remplir aux différentes fontaines à eau installées sur le site. Si les bouteilles d’eau en plastique seront toujours en vente, celles-ci sont  désormais consignées. L’objectif du festival est de tendre le plus rapidement possible vers le zéro déchet plastique... même s’il reste encore du  chemin à faire et notamment dans les mentalités.
Autre nouveauté un «écau-bus» a été mis en place cette année pour relier la gare de Brive au festival. Si celui de vendredi est d’ores et déjà complet, il reste cependant des places pour ceux des jours suivants (départ de la gare de Brive à 13h30, et retour le lendemain à 11h30).

Energie 100% renouvelable

Mais cette année l’association a surtout choisi de se brancher à l’énergie 100% renouvelable et coopérative d’Enercoop. «Au moins deux raisons nous motivent à privilégier Enercoop pour alimenter notre festival : utiliser une énergie verte, issue de sources renouvelables, et favoriser une  entreprise de l'économie sociale et solidaire sous forme de coopérative qui partage nos valeurs. Face à l'immense pouvoir des lobbies de l'énergie, il nous paraît fondamental de rassembler les forces du monde associatif et du secteur coopératif pour offrir des alternatives aux citoyens acteurs» indique l’association.
De plus si le festival éco-responsable sait parfaitement occuper ses soirées avec des grands noms de la scène nationale et internationale, ses journées sont également bien remplies avec un festival off mais aussi ses «journées écaussitoyennes» qui proposent un forum réunissant les  petites et grandes ONG qui militent pour un monde plus solidaire tout en ouvrant les consciences aux grands enjeux du 21e siècle que sont la biodiversité, le climat, la déforestation ou encore les océans.  Deux conférences sont également inscrites au programme avec pour thèmes cette année l'avenir des projets associatifs indépendants et le drame des migrants en Méditerranée.
De quoi donner un peu plus d’épaisseur à un festival qui n’en manque pas.

Mathieu Andreau

Le programme du festival sur : https://www.ecaussysteme.com