Chacun trouve son Jacques Chirac

Hommage

Avant ce lundi,  journée de deuil national décrété par le Président de la République, les hommages au président Jacques Chirac se sont poursuivis ce week-end en Corrèze. De Sarran à Tulle, tous saluent l’homme d’Etat et un proche.

Depuis sa disparition jeudi dernier, les hommages à Jacques Chirac se multiplient dans ce département de la Corrèze qui lui était cher au cœur.
La direction de la Fondation Jacques Chirac parle de «notre boussole, notre inspirateur. (...). Pour sa fondation, pour sa Haute-Corrèze, nous ferons  tout pour être dignes de son héritage, de son humanisme et de sa persévérance, le fameux Chirac Spirit».
A Sarran au musée éponyme, l’émotion était encore palpable.
Les quatre  registres de condoléances ont recueilli  les témoignages de nombreux Corréziens entre autres visiteurs qui sont venus saluer une dernière fois un homme d’Etat et en même temps un homme  comme eux.
A l’entrée du Musée, une photo du président des fleurs, des bougies.
Sur les registres, on rend hommage à «l’homme de terroir» qui a «porté haut les couleurs de la Corrèze et du Limousin».
Une Corrézienne de Saint-Augustin écrit «Votre proximité avec nous et votre passion de la France fait de vous Monsieur un grand HOMME».
Tout le monde voit, revit  dans Jacques Chirac et son parcours un peu de son histoire familiale, personnelle : «Je l’ai connu toute ma vie. J’ai 62 ans. Mon père l’a connu aussi. Il  a fait Sciences Po avec lui. Je retiens de l’homme politique le fait qu’il a dit que les Français avaient participé à la collaboration. Pour moi, le discours du Vél’ d’Hiv en 1995 est le plus important. Mes grands- parents qui ont caché des juifs en Corrèze pendant la guerre ont été dénoncés. Chirac a fait beaucoup pour ça, pour dire que la France ce n’est pas ni noir, ni blanc, c’est gris» expliquait une femme, bibliothécaire à la BNF.
«Le public en grande partie corrézien a commencé à arriver lentement mais sûrement hier (samedi NDLR)  et à se diriger directement aux livres de
condoléances. La vie du musée est chamboulée à tous les niveaux, humeur générale, programmation, horaires» constate la directrice du Musée Catherine Combrouze.
Hier matin, au milieu des voitures des présidents, l’expo temporaire du Musée, France 3 animait une émission en direct.
L’ancien député communiste Jean Combasteil était des invités : «Jacques Chirac en Corrèze a rapidement analysé le paysage politique d’un  département encore marqué par le radical-socialisme,   le clientélisme, la distribution de médailles. Toutes ces pratiques il a su se les approprier et les dépasser par la suite dans un climat politique de l’époque marqué par la Libération et la désunion de la gauche, qui est toujours désunie»...
Une habitante de Sarran émue a cité Jean d’Ormesson : «Quelque chose plus fort que la mort, c’est la  présence des absents dans la mémoire des vivants».
Serge Hulpusch

Les réactions suite...

Christophe Jerretie, député LREM de la première circonscription de la corrèze «Même l'année de son départ, Jacques Chirac, le Corrézien, est
frappé pour l'éternité par le chiffre 19. Et cet indélébile lien entre lui et notre département fut le marqueur de l'évolution et du développement de notre territoire rural pour l'éternel. Jacques Chirac, le Parisien, a aussi pénétré les esprits des habitants de la grande ville. «Ah ! la Corrèze, Jacques Chirac... notre meilleur maire», phrase qui m'est régulièrement rétorquée lorsque je présente ma terre d'origine et d'élection à Paris. Et Jacques Chirac, président, ce dont ma génération a le plus de souvenir. Un homme qui a cru en son destin en devenant un chef d'Etat charismatique à vocation internationale de premier plan. J'aurai pu en retenir des mots, des phrases, des discours emblématiques. Je retiendrai des images de convivialité, de sourire, d'engouement, de force et de solennité qui entourent son parcours».

Frédéric Meunier, députée de la deuxième circonscription de la Corrèze «Jacques Chirac nous a quittés. Il fut pour la France un grand homme d’Etat et pour la Corrèze, le bienfaiteur de notre territoire.
J’en garderai le souvenir d’un homme proche des gens, à l’écoute et d’un grand homme politique. Il m’a accompagnée dès mes premiers pas en politique et je lui serai toujours reconnaissante pour ce qu’il m’a appris».

Fidélité gaulliste corrèze
«Nous saluons le Gaulliste qui a su faire entendre la voix de la France dans le monde et privilégier la place de l'homme au cœur de ses engagements. Nous saluons le Corrézien sans lequel le département ne serait pas ce qu'il est, il a œuvré pour son développement économique et culturel et son désenclavement. Nous saluons enfin l'humaniste, l'homme de paix qui aura eu le souci de rassembler notre peuple proche de lui. La Corrèze est orpheline la France est en deuil. Fidélité Gaulliste Corrèze présente ses condoléances à Madame Bernadette Chirac et à toutes sa famille l'assurant de son profond respect».