Beaucoup de retour... et peut-être, une suite

Banque de meubles

Les chiffres, l’affluence, les ventes, le succès, ça ne fait pas tout... mais parfois, les chiffres, l’affluence, les ventes, le succès, ça signifie beaucoup. À 10h30, samedi dernier, Christophe Marguerite, le directeur du Comité d’accueil creusois (CAC) avait le sourire : le volume de vente, atteint au début du second jour de la brocante de la solidarité, est le même que celui réalisé sur les deux jours l’année précédente. Plus que les chiffres, l’affluence, les ventes, le succès, c’est le témoignage de la qualité du travail fait par les salariés en insertion.
Sur deux jours, la Banque de meubles à Guéret a fait le plein et ceux qui l’ont animée, le plein de compliments. « On est assez content, il y a eu beaucoup de passages, on a vendu beaucoup de meubles et reçu beaucoup de remarques positives », souligne Christophe Marguerite. L’objet des compliments, la réorganisation de l’espace bibelots où les étagères ont laissé place à des caisses, mais surtout sur le travail des équipes, aussi bien les menuisiers qui ont retapé les meubles que les Chiffo'net, l’autre chantier d’insertion porté par le CAC, qui ont participé à la mise en place de la brocante.
« Pour nous, c’est intéressant de faire des ventes, mais ça l’est tout autant d’avoir ces retours », souligne le directeur du Comité d’accueil creusois qui relève aussi la fidélisation des clients d’une année sur l’autre. Des clients qui en veulent toujours plus. « On nous interpelle beaucoup pour en faire une seconde au mois d’avril. Là notre brocante s’inscrit dans la semaine du refus de la misère, ça a du sens... et puis c’est aussi gros de travail. Mais on va y réfléchir. »