Fil info
18:52La fabrique d’un journal. Imprimerie Rivet. Éditeur de . Colère aussi de savoir que l’, après… https://t.co/UrC2sD3iXM
14:19 Formidable 👍
13:42Le surnom de "Poupou" lui a été donné par un journaliste du quotidien communiste du Centre, di… https://t.co/iG6trKRIOz

La Palestine en 6 jours

Société

Durant toute la semaine, le comité Dordogne-Palestine organise, en six villes du département, six initiatives alors que le Parlement doit se prononcer sur la reconnaissance de la Palestine, tout comme l’Onu dans la foulée. Le comité veut inciter les parlementaires périgourdins à émettre un avis positif.

De lundi à vendredi, le comité Dordogne-Palestine propose six initiatives, qui se dérouleront dans six villes du département, pour mieux faire connaître le quotidien et la situation des Palestiniens, alors que le Parlement français et l’Onu doivent s’exprimer sur la reconnaissance d’un état palestinien.

C’est la première fois que le comité se lance dans l’organisation d’une manifestation de cette durée. Chaque jour, dans une ville du département, conférences-débat, films, expositions ou spectacles permettront de se familiariser avec le quotidien d’un peuple qui s’est fait confisquer sa terre, ses maisons, ses champs, sa liberté, dans un silence assourdissant des politiques internationaux. Depuis 1948, ils sont étrangers dans la terre qui les a vu naître, celle de leurs ancêtres, parqués dans les Territoires occupés dont ils ne peuvent sortir qu’avec l’accord de l’administration israélienne, tandis que les ressources naturelles et l’énergie, également contrôlées par les occupants, sont arbitrairement coupées.

Tout débute lundi soir à Trélissac, où Jean-Claude Lefort, président de l’association France Palestine solidarité de 2008 à 2013, évoquera le besoin d’une mobilisation renforcée pour que la paix trace son chemin au Proche-Orient (20 h à la salle de conférence du foyer socio-culturel).

Le lendemain, direction le cinéma Le Rex à Sarlat où deux réalisateurs seront présents pour échanger avec le public après la projection de leurs films, Fragments d’une Palestine oubliée de Norma Marcos (à 18 h) suivi, après un apéritif dînatoire offert par la municipalité, de Route 60 d’Alaa Askhar. Cette manifestation est organisée en partenariat avec la Ligue des droits de l’homme. Mercredi, retour sur l’agglomération périgourdine, à Coulounieix-Chamiers où la salle du conseil municipal accueillera l’exposition Femmes palestiniennes en résistance, proposée par Evry Palestine, avant la projection d’un autre film de Norma Marcos, qui sera toujours présente, Espoir voilé.

C’est à Bergerac que Pierre Blanc, enseignant-chercheur au Centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes, abordera à la salle de l’Orangerie jeudi à 20 h 30 la question de l’accaparement des ressources, eau, terre... La Confédération paysanne et le Ccfd-Terre solidaire. Le vendredi, retour sur Périgueux, à la Filature de l’Isle, pour une conférence-débat avec Geneviève Coudrais, juriste et membre du Tribunal Russel pour la Palestine. Ce tribunal au pouvoir uniquement moral a tenu six sessions portant sur la complicité de l’Union européenne, des USA, des Nations-Unies et des multinationales dans le blocage de la situation pour les Palestiniens, et elle résumera toutes ces sessions avant de répondre aux questions. Enfin samedi, Boulazac mettra à l’honneur Marwan Barghouti, avec la plantation d’un cèdre avenue Lucien Dutard à 19 h. Et tout se terminera par un spectacle de danses folkloriques palestiniennes avec la troupe de Dabké. Le but du comité est « d’informer pour montrer l’aberration de ce conflit » précise sa présidente, Violette Folgado.
« Aujourd’hui, tous les ingrédients sont réunis pour que la Palestine soit reconnue. Il n’y a aucune raison qu’il y ait cette complicité à ne pas le faire ».

 

jordan shoes for sale outlet dress