Les premières réactions au soir du premier tour

Présidentielle

Laurent péréa secrétaire départemental du PCF
C’est d’abord une satisfaction que Marine Le Pen n’arrive pas en tête et que les idées de division et de xénophobie ne triomphent pas ce soir. Et le Pcf a mené la bataille entre les deux tours pour qu’elle n’arrive pas en tête. En même temps toutes les questions ne sont pas réglées. On voit bien qu’il y a besoin de rénover le système politique en allant vers une VIè République qui nous sorte d’une situation où l’on est toujours obligés de voter par défaut ou contre l’extrême droite. Donc comment serons nous capables de créer un système permette de voter pour un projet basé sur le développement social, économique et écologique. On se retrouve avec Macron président de la République et on sait qu’il va falloir continuer à se battre contre ce système libéral dont il a été partie prenante dans le gouvernement de Hollande et comme il l’a porté dans la campagne électorale. C’est en ce sens que l’élection législative prend un tournant plus qu’important et que le rassemblement des forces progressistes contre les politiques néo-libérales devient un enjeu essentiel. C’est pour ça que, comme nous l’avons porté depuis des mois à l’occasion de la Présidentielle, par une candidature unique en faisant le choix de ne pas présenter de candidat et de soutenir Jean-Luc Mélenchon, permettant le résultat d’espoir du premier tour nous continuons à appeler au rassemblement de toutes les forces qui veulent la transformation sociale. Qu’elles soient citoyennes, du mouvement social ou politique, dans tout l’arc de la gauche prêtes à travailler autour d’un socle commun, nous les appelons à se rassembler pour les législatives et à ne pas partir divisées, afin de mettre à l’assemblée nationale une majorité de résistance et de construction politique. C’est en ce sens que nous relançons l’appel à la France Insoumise et aux forces qui se reconnaissent dans le Front de gauche où de progrès à gauche à travailler au rassemblement. Le Pcf étant prêt à faire des propositions y compris sur le département pou créer les conditions du changement. Ce qu’à ce prix que nous pourrons faire barrage à la droite à l’extrême droite et aux forces qui se retrouveront autour d’Emmanuel Macron pour continuer à suivre des politiques destructrices au service de la finance et du grand patronat. Les heures qui arrivent, nous les ouvrons pour cette discussion afin de faire les bons choix pour la France qui souffre, qui se bat et qui souhaite vraiment une politique de progrès social.
Jean-Michel Cherbero France insoumise
Je ne suis pas surpris de ce score qui nous était annoncé depuis des semaines. Toute la campagne médiatique nous avait prédit ce score là pour Macron et Le Pen. A côté de ça lors de son discours solennel, Macron parle d’écrire une nouvelle page, mais ça ne va pas en être une puisqu’on prend les mêmes et on recommence, et on poursuit la politique de Sarkozy et Hollande en l’accentuant. Ce qui ressort, c’est que le système moribond de la 5è République a réussi à se régénérer avec un nouveau produit appelé Macron qui promet le changement mais rien ne va changer dans tout ça. Par contre on est entrés en guerre sociale car si on en croit ses dernières déclarations, il veut agir très vite pour obéir à la droite, l’extrême droite et à la Commission européenne. Il veut gouverner par ordonnance sans débat parlementaire et ceux qui se sont laissés entraîner dans ce mirage parfaitement mis au point vont mesure l’ampleur du racket social qu’il vont supporter, la misère va exploser. Il y a quand même un troisième tour avec les Législatives et la France Insoumise va y prendre part avec la même énergie que pour la Présidentielle et Macron n’aura pas les pleins pouvoirs. Ce ne sont pas 65 % des Français qui l’ont élu, il faut qu’il en prenne conscience et ses amis également.
Dominique Bousquet (président LR)
Nous sommes dans la suite logique des événements. Nous sommes forcément mécontents de ne pas être représentés au second tour. Notre seule satisfaction est que l’extrême droite ne dirige pas le pays. Car nous n’avons pas de valeurs communes avec l’extrême droite. Je veux que nos amis se souviennent de quelles sont nos valeurs et qu’ils résistent aux sirènes de ceux qui voudraient que notre famille politique disparaisse. Il nous faut désormais préparer l’alternance avec les Législatives.

Philippe Jolivet

Nike Shox Deliver