Fil info
18:52La fabrique d’un journal. Imprimerie Rivet. Éditeur de . Colère aussi de savoir que l’, après… https://t.co/UrC2sD3iXM
14:19 Formidable 👍
13:42Le surnom de "Poupou" lui a été donné par un journaliste du quotidien communiste du Centre, di… https://t.co/iG6trKRIOz

Réunion du Petit-Valençay : du public malgré la pluie

Dimanche, la première réunion de l’hippodrome du Petit-Valençay s’est déroulée sous un temps d’automne, avec du vent et de la pluie, mais le public n’a pas fui. Jockeys et entraîneurs n’ont pas été gênés par les averses eux non plus.
Les organisateurs craignaient la sécheresse et la poussière. Ce fut finalement la pluie qui perturba un peu le déroulement de la première journée à
l’hippodrome du Petit-Valençay. En trois réunions l’an dernier, la société de course avait enregistré 4 000 entrées. Si la moyenne n’a pas été atteinte hier, un millier de spectateurs sont quand même venus au spectacle du sport hippique : six courses et soixante-huit partants, en trot attelé et trot monté.
« La réunion est pluvieuse mais il y a du monde », sourit Francis Mory, heureux président de la société de course. Dans le public, les parieurs affichent tous les profils, des habitués comme des novices. On voit aussi beaucoup de familles. PDG de la société Berryviande et sponsor de la société de course, Stéphane Richard a invité ses salariés à la fête du cheval. « C’est important de faire découvrir cette passion, ma passion, à d’autres personnes. Ils sont venus en famille pour découvrir. Ce sont des gens qui ne connaissaient pas le milieu de la course hippique. »
Venu au Petit-Valençay une première fois il y a trois ans, Jean-Pierre redécouvre le monde des courses. « On regarde depuis les tribunes. On ressent une bonne montée d’adrénaline, on vit la course. Je prends du plaisir même sans parier. » Tous ont l’air ravi de leur journée.
Autre passionné, Loïc Lerenard est venu avec un double objectif, comme entraîneur pour gagner et comme écrivain avec son livre à dédicacer. « On a eu de meilleures conditions de course que l’an dernier, constate-t-il. Avec la pluie, la piste était moins dure. Elle a assoupli le terrain. Dommage que la ligne en face, de l’autre côté de
l’hippodrome, ne soit pas assez homogène. Elle est encore assez bosselée. Avec la pluie, il y a eu quelques glissades, dont la mienne. »
Lui aussi constate une bonne fréquentation : « Il y a du monde. Il faut arriver à faire venir les gens dans une ambiance familiale. Je viens de faire trois hippodromes et quand on voit le monde, cela fait plaisir. »
Rendez-vous maintenant les 15 et 29 septembre pour les prochaines courses.