Fil info
20:08La mort de Poupou... Un choc. On le croyait immortel... Grâce à , j'avais pu recueillir de nombreux témoi… https://t.co/DXXy23JzAW
13:39 Dans les années 60, Poulidor alors qu'il faisait le tour de France, a tenu une chr… https://t.co/NVmEigVJQu
13:28Une photo qui aurait passé dans l' si... L', , le va de deuil en deuil... S… https://t.co/AK8PrMSdXj
10:37Mercredi, Alain s’est levé un quart d’heure avant minuit. Comme d’habitude. Il a claqué quelques bises à… https://t.co/KQgcm8Sc1I
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga

Le (très grand) hangar de maintenance attendu fin 2020

Économie

François Bonneau, le président de la région Centre-Val de Loire, a profité de la fin des championnats du monde de voltige pour annoncer le début des travaux du hangar de maintenance.
Présenté au salon du Bourget en juin dernier, ce fameux hangar capable d’accueillir un A 380, déjà annoncé lors des précédents championnats de voltige en 2015, devrait finalement sortir de terre d’ici à la fin de l’année 2020. Cette « cathédrale industrielle », comme la présente Dominique Roullet, le président de l’aéroport, devrait être un accélérateur de développement.
François Bonneau a annoncé que la construction était « en phase avancée ». Les appels d’offres ont été lancés. « Les entreprises auront leur feuille de route fin 2019, la pose de la première pierre est prévue en janvier 2020. Notre ambition est que cet hangar engage d’autres opérations du même genre. » Hangar de très grande dimension comme il n’en existe que 22 dans le monde, il répond aux évolutions attendues du marché. « La flotte mondiale compte environ 30 000 avions de commerce, explique Gilles Cuvelier, directeur général de Serige, filiale de Setec spécialisée dans la construction de bâtiments pour l’aéronautique et en charge du projet. D’ici 2035, les experts estiment que ce chiffre atteindra 40 000. Les capacités de maintenance doivent donc augmenter en parallèle de 25 %. D’autant, qu’un autre marché, celui du démantèlement des avions devrait apparaître. Or les plateformes de maintenance de Tarbes-Lourdes et Toulouse sont déjà saturées. » La construction d’un deuxième hangar est déjà envisagée.