L’ancienne usine Auga deviendra un complexe sportif en avril 2020

Les « Quatre Éléments », un complexe sportif actuellement en travaux, ouvrira ses portes en avril prochain. Installé sur le site de l’ancienne usine Auga, il regroupera des espaces dédiés au sport, au bien-être et à la restauration.
Les « Quatre Éléments » est avant tout un projet familial porté par Emmanuel, Christine et leur deux filles, Anaëlle et Julie Denormandie.
En présence de Gil Avérous et à l’occasion de la pose de la première pierre, vendredi, la famille faisait un point sur l’avancée des travaux de leur projet de complexe sportif.
L’investissement est d’ampleur, à hauteur de quatre millions d’euros, pour rénover le site de 7 000 m². « Les démolitions ont commencé en mai. Nous avons eu des surprises avec, notamment, la découverte d’amiante. Depuis six mois, les plans sont modifiés toutes les semaines. Nous entamons maintenant la phase de construction et avons donc plus de visibilité sur la durée des travaux restants » explique Emmanuel Denormandie. Idéalement, l’ouverture est programmée pour la mi-avril 2020. Le complexe permettra de jouer au football à cinq avec deux terrains. Il y aura également un terrain de basket à trois contre trois avec des équipements connectés de dernière génération. Les sports de raquettes auront également leurs espaces avec des terrains de padel, de badminton, de squash et de tennis.
Coté bien-être, un spa sera mis en place avec une cave de glace, un hammam, un jacuzzi, un sauna halothérapie, une douche sensorielle. Un espace coiffure et esthétique est également prévu.
Pour compléter l’ensemble, un bar-restaurant sera créé avec, notamment, des retransmissions d’événements sportifs.
« Nous ne pouvions pas juste faire une activité. À Châteauroux, le projet ne serait pas rentable. Nous allons essayer de proposer du qualitatif avec des prix accessibles pour la ville », précise-t-il.
Dix emplois seront créés au lancement de l’activité. Emmanuel supervisera la partie cuisine et, avec Anaëlle, l’espace sport. Julie sera en charge du bien-être et Christine de l’administratif. « La répartition s’est faite en fonction de nos compétences et expériences. Nous ne partons pas à l’aveugle. L’idée, nous l’avions depuis plusieurs années, nous voulions faire quelque chose avec les enfants », conclut-il.
S.F