Fil info
19:05 Je ne suis (je n'étais) que lecteur et je n'ai aucune information mais l'expressio… https://t.co/I8fLtcLSAR
12:40On apprend que les Gilets Jaunes de Haute-Corrèze viennent d’ouvrir leur nouvelle Maison du Peuple dans l’ancien Tr… https://t.co/DNFqfLJq3Y

Des bijoux au fil des envies

Artisanat d'art

La bijouterie de Lili a ouvert une seconde fois ses portes aux visiteurs, dans le cadre de l’animation estivale «dans les coulisses de...», organisée par l’Office de Tourisme de Tulle en Corrèze. Une visite sous le signe de la création et de l’artisanat.

En contre-bas de la place du bourg de Gimel-les-Cascades, Lili Fleygnac se prépare pour la démonstration. Devant sa boutique Au Fil des  Créations, elle installe son matériel pour créer des bijoux.
Chez elle, chaque bijou est une pièce unique, faite main. Sa particularité ? Elle travaille aussi bien le cuivre, l’argent et le bronze. Son métier, elle l’a appris au fil de ses voyages, notamment au Maroc, un pays dans lequel elle se rend régulièrement en stage. «Je suis partie cinq ans me former au Maroc, auprès d’un maître orfèvre berbère. Je lui ai parlé de mon souhait de travailler trois métaux, il m’a dit que j’étais folle», explique Lili Fleygnac. Mais à force de persévérance, elle y est parvenue. Aujourd’hui, elle crée 17 bijoux par semaine, que ce soit des bagues, des colliers ou même des boucles d'oreilles, ce qu’elle vend le plus.
Hier après-midi, une dizaine de personnes est venue découvrir son art. Devant elles, la bijoutière montre les étapes de la création de la bague des trois cascades. Un bijou où les trois métaux sont présents. Mais la base de la bague reste l’argent, «un métal pénible à travailler, car c’est le plus malléable, le plus mou». Avec de la grenaille d’argent et un peu de cuivre, pour le durcir, elle créé un petit lingot d’argent grâce à sa lingotière.
Une fois sa matière première prête, elle la passe au laminoir et en ressort une plaque ou des fils d’argent. Avec une scie en titane, elle découpe ensuite la pièce d’argent, en suivant les contours d’un patron. «Tous les gestes sont importants. La bijouterie est un métier minutieux, on va couper dans une position, et pas dans une autre», montre Lili Fleygnac.
Tout au long de la création, les spectateurs n’en perdent pas une miette, et n’hésitent pas à poser quelques questions. Un exercice pas facile pour la créatrice, habituée à travailler sans dérangement. «Quand je travaille, je me mets dans ma bulle, j’aime bien travailler dans le calme. Et des fois je me parle tout seule», explique-t-elle, tout sourire.
Une fois le bijou taillé, martelé, et soudé, elle le plonge ensuite dans un bain d’acide pour le nettoyer, puis le polit. Un travail qui peut prendre plusieurs heures, suivant la création. «Des fois, quand je créé un bijou, une idée me vient et je recommence une nouvelle création. Donc je peux avoir plusieurs bijoux en création en même temps.»
A la fin de la démonstration, quelques clients entrent dans la boutique, où toutes les créations sont en vente, à partir de 48 euros. Chaque bijou a une signification, un symbole «qui arrive à la fin de la création. Une fois que c’est fait, j’ai le message». Dans la boutique, on peut apercevoir  quelques séries, aux noms qui font voyager, comme «La poésie des cascades», «Entre ciel et terre» ou «carnet de voyage». La bijoutière s’inspire des femmes qu’elles croisent tous les jours, de ses voyages, mais aussi de la chapelle Saint-Etienne de Braguse, un lieu dans lequel elle «trouve beaucoup d’énergie».
Dans sa boutique, elle vend également des couteaux, du mohair et d’autres créations d’artisans corréziens.

Camille Obry

Au Fil des Créations, le bourg, Gimel-les-Cascades
www.bijouxaufildescréations.fr
contact : aufildescreations@orange.fr.

Mercurial Superfly High