Fil info
19:05 Je ne suis (je n'étais) que lecteur et je n'ai aucune information mais l'expressio… https://t.co/I8fLtcLSAR
12:40On apprend que les Gilets Jaunes de Haute-Corrèze viennent d’ouvrir leur nouvelle Maison du Peuple dans l’ancien Tr… https://t.co/DNFqfLJq3Y

Macron et l’effet d’optique

Elections présidentielles

Oui, dans cette terre de gauche haut-viennoise, le candidat confronté au Front National au second tour l’emporte largement, avec un peu plus de sept votes exprimés sur dix. Mais, comme au niveau national, il est loin des scores enregistrés par Chirac en 2002. Au second tour, ce dernier  avait cumulé 88,94% des voix contre 11,06% à Le Pen. Là aussi, ce sont quelque 15 points qui se sont évaporés en 15 ans.
Globalement, ce sont les communes urbaines, celles qui composent Limoges-Métropole qui offrent au candidat d’En Marche ! ses meilleurs scores. Isle en tête avec  80,34% des suffrages exprimés, Limoges pas loin derrière avec 76,89%. C’est à Augne que le score d’Emmanuel Macron est le plus haut à un peu plus de 85% des voix.
Sur les 200 communes haut-viennoises, sa concurrente d’extrême-droite n’arrive en tête qu’à Cromac (de justesse, avec 50,77% des votes exprimés) et surtout à Verneuil-Moustiers. Là, Le Pen engrange 62,32% des votes, passant de 24 à 43 électeurs.  Sachant que Dupont-Aignan n’avait collecté que deux votes au 1er tour mais que Fillon était arrivé en tête (30 votes), des voix LR ont de toute évidence viré frontiste. A Fromental, où Le Pen était arrivé en tête au soir du premier tour (97 voix) et Macron troisième (53 voix), l’électorat mélenchoniste (54 voix) a sans doute fait le boulot puisque Macron l’emporte (143 voix contre 123).
Pour l’anecdote, on retiendra que Bellac où les pronostics électoraux sont parfois difficiles affiche une répartition des voix similaire à celle du niveau national. C’était également vrai lors du 1er tour, comme si le vote français pouvait se résumer à celui de la cité bellachonne.  
Dans le secteur rural où Jean-Luc Mélenchon avait dominé la confrontation initiale, comme à Sainte-Anne-Saint-Priest, Saint-Julien-le-Petit, Sussac ou Montrol-Sénard, l’opposant à Le Pen dépasse les 70%. A Nedde, il flirte même avec les 80% (79,14%). Mais dans ces communes de l’Est Sud-Est du département, dont certaines ont vu s’écrire l’histoire de la Résistance du Mont-Gargan, on constate également une poussée significative de «l’abstention dans l’urne». Ainsi, si le nombre d’abstentionnistes est stable à Saint-Anne-Saint-Priest (14 contre 13), les blancs ou nuls sont multipliés par vingt. On passe ainsi de 99,08% suffrages exprimés à 78,70%.
A Beaumont-du-Lac, où Emmanuel Macron était faible (à 13,1% au soir du 1er tour), il l’emporte avec 60% des votes exprimés. Mais cela ne représente que 33% des inscrits et les votes blancs explosent à 19,8% contre 2,88% le 23 avril dernier.
De la même manière, dans les au-tres communes mélenchonistes il y a deux semaines (et elles étaient nombreuses), le Front National a été endigué (il ne progresse que marginalement si on lui retire les voix de Dupont-Aignan mais l’abstention et les votes non exprimés y ont été importants. Le trompe-l’œil saute aux yeux quand on regarde les résultats par circonscription. A première vue, Emmanuel Macron cumule à chaque fois plus de 70% des votes exprimés. Sauf que, au 1er tour, s’il arrivait en tête, il était à chaque fois talonné par le candidat de la France Insoumise. Est-ce à dire que la gauche qui s’est reconnue dans le vote Mélenchon à la présidentielle se qualifiera pour le 2e tour des législatives ? Pour conserver la dynamique, une réunion de la dernière chance a été programmée ce soir à l’initiative des partenaires historiques du Front de Gauche. Mais la France Insoumise qui a désigné ses candidats a déjà annoncé qu’elle n’en serait pas. La belle dynamique va-t-elle se transformer en machine en perdre ? Ce serait alors, pour cette terre de gauche, une seconde  déception.

Nike Resurrect the Air Vortex From 1985