Fil info
19:05 Je ne suis (je n'étais) que lecteur et je n'ai aucune information mais l'expressio… https://t.co/I8fLtcLSAR
12:40On apprend que les Gilets Jaunes de Haute-Corrèze viennent d’ouvrir leur nouvelle Maison du Peuple dans l’ancien Tr… https://t.co/DNFqfLJq3Y

Pas de cadeaux pour les retraités

Le froid et la pluie battante n’ont pas découragé les retraités hier, appelés à se mobiliser par 15 syndicats pour défendre leur pouvoir d’achat. Ils étaient en effet 500, selon les syndicats et la police, à avoir participé à ce rassemblement devant la préfecture de Limoges, suivi d’une manifestation dans les rues de la ville. 

 

Les retraités se sont encore mobilisés hier devant  la préfecture de Limoges pour défendre leur pouvoir d’achat. 

L’appel national lancé par le groupe des 9 (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, LSR, Retraités de la fonction publique, Ensemble), le pôle de retraités de la fonction publique, l’association nationale des retraités agricoles, la fédération des retraités des chemins de fer, et l’UNSA a bien été entendu en Haute-Vienne. En effet cet appel a mobilisé 500 personnes, sachant que les retraités de l’énergie, retenus par une réunion, n’ont pas pu être présents pour revendiquer le retrait de la CSG, le maintien du pouvoir d’achat perdu depuis dix ans et le retour à l’indexation des pensions sur les salaires, aux côtés de leurs camarades de lutte. Leur objectif avec cette nouvelle manifestation reste le même depuis 2014 (date des premières mobilisations unitaires), celui de regagner leur pouvoir d’achat. Les retraités font en effet les frais des politiques menées par les différents gouvernements, auxquels s’est ajoutée la hausse de la CSG. Cela alors même que le gouvernement actuel est bien plus prompt à faire des cadeaux aux plus riches (ISF, flat taxe, exit taxe CICE), comme le dénoncent les syndicats de retraités. Des revendications qui se retrouvent d’ailleurs en bonne place dans celles portées par les Gilets jaunes. D’où la présence hier de certains d’entre eux, comme Gilles qui précise : «On se reconnaît dans les mots d’ordre émis par cette mobilisation». Une présence pouvant paraître surprenante dans la mesure où les Gilets jaunes ne veulent, en général, aucune présence syndicale ou politique. A ce sujet Gilles indique «on n’a rien contre les syndicats ou les partis politiques, je suis moi même syndiqué, c’est juste que nous ne voulons aucune récupération. D’autant plus que cela risquerait de nous diviser», et d’ajouter qu’il parlait, bien évidement, en son nom. 

Si les revendications portées par les 15 organisations syndicales sont partagées par tous, Annie, une retraitée de la justice, estime qu’il est tout aussi inadmissible de ne pas informer les retraités de leurs droits. «Si on ne demande pas, aucune information n’est délivrée. Je pense par exemple aux pensions de réversion. Si les veuves ne font pas elles-mêmes les démarches, l’administration ne les informe pas  sur leurs droits. En plus aujourd’hui tout est dématérialisé, ce qui rend encore plus difficile l’accès à l’information». 

Le rassemblement d’hier était le 5e organisé par l’intersyndicale, comme l’a rappelé Gérard Wermelinger. Pourtant le gouvernement reste sourd à leurs revendications. «Tout se passe comme si nos revendications explicitées, réitérées, ne faisaient pas partie du débat public» estime, pour l’intersyndicale Gérard Wermelinger, déplorant que le président de la République n’ait jamais voulu recevoir leurs délégations : «A-t-il cru nous satisfaire en revenant, pour quelques-uns seulement, sur la hausse de la CSG tout en laissant diverses mesures négatives réduire durablement le pouvoir d’achat des retraités et des plus mal lotis. Croit-il nous amadouer en lâchant une prime pour quelques smicards et au détriment des cotisations» questionne-t-il. La réponse de l’intersyndicale est évidemment non.  Elle estime que d’autres décisions politiques, que celle d’aider encore plus les riches, sont nécessaires et possibles pour aller dans le sens de l’intérêt général, en commençant par «une juste et efficace redistribution de la richesse créée par tous et par une véritable réforme fiscale d’ampleur qui garantisse une réelle justice fiscale». 

Pour l’intersyndicale, les objectifs de la fiscalité sont de financer l’action publique et de réduire les  

inégalités : «Il faut donner la priorité à l’impôt progressif et universel, réduire la part de la TVA et continuer d’intégrer l’ensemble des revenus du capital dans l’assiette de l’impôt sur le revenu, ce qui n’est pas le cas avec la flat-taxe et l’exit-taxe». Les syndicats de retraités estiment que l’argent est là, mais encore faut-il la volonté politique d’aller le chercher là où il se trouve, notamment dans les paradis fiscaux, ce qui remettrait plus de justice fiscale.  D’autant que l’intersyndicale estime à 1% par an la perte du pouvoir d’achat des retraités sur 20 ans. Ils représentent le quart de la population française, soit dix-sept millions de personnes potentiel-

lement concernées.

Une délégation était reçue hier matin en préfecture, elle remettait ses nombreuses revendications pour améliorer leur pouvoir d’achat, en espérant être enfin entendue.

 

 

Moderne Design 100% Autentisk Menns Reebok Nano 2, 0 Lav Pris 0Y91nI4