Une agence d’attractivité créée à la rentrée

Le conseil départemental a voté ce ludi son budget supplémentaire d’un montant d’un peu plus de 25 millions d’euros.

Plusieurs dossiers importants étaient au menu hier de la session du conseil départemental où il a également été question de l’abattoir de La Châtre.
- Budget supplémentaire : il s’élève à un peu plus de 25 millions d’euros. Plus de 7 millions vont être affectés à des travaux sur le réseau routier, la réfection d’ouvrages d’art, des travaux dans les collèges et à la consolidation de la tour nord-ouest du château de Valençay. Et 2,6 millions vont aller au volet de l’action sociale du Département dont la moitié pour le seul financement du RSA du fait d’une hausse du nombre de bénéficiaires et d’une revalorisation d’1,6 %. Considérant qu’il s’agit essentiellement de crédits complémentaires, l’opposition s’est abstenue dans la continuité de son vote lors du budget primitif.
- Création d’une agence d’attractivité : elle se substituera à l’agence de développement touristique de l’Indre. Elle aura une forme associative et pour mission de mettre en œuvre le plan d’actions. Ses statuts ont été votés. Jean Petitprêtre regrette l’absence des syndicats de salariés dans sa composition. Une assemblée générale est prévue à la rentrée. Le président a dit son souhait que le futur président soit issu du privé.
- Compte administratif 2018 : « Il démontre une nouvelle fois que les engagements pris sont tenus », se réjouit Serge Descout. Conformément à l’engagement pris avec l’Etat, les dépenses de fonctionnement n’ont pas augmenté de plus d’1,2 % et ce alors que les dépenses sociales ont progressé de 3,4 millions d’euros. Son résultat affiche un excédent cumulé de 42,7 millions d’euros (41,9 en 2017). Tout en reconnaissant que « les voyants sont au vert », Michel Bougault a fait part de ses craintes pour les deux années à venir et qualifié de « contrat de dupes »  ce contrat avec l’État.
A gauche, on s’inquiète aussi d’une baisse du nombre de bénéficiaires de l’APA. La crainte par les familles d’une reprise sur la succession de l’aide versée persiste, semble-t-il. « Des familles reculent de plus en plus l’entrée en EHPAD, ce qui pose problème aux personnes qui interviennent à domicile », met en avant Jean Petitprêtre qui se fait aussi l’écho des difficultés des associations d’aide à domicile à recruter.
- Création d’un fonds d’aide aux projets de développement des musées départementaux : à la demande de l’opposition, le président a accepté de descendre le montant minimum des dépenses éligibles de 600 000 à 500 000 euros mais a par contre refusé d’augmenter le taux de subvention de 25 à 30 %. « Ailleurs, quand est créé un nouveau fonds, on prend sur les fonds existants. Là il s’agit de nouveaux crédits », justifie Serge Descout.
- Abattoir de La Châtre : s’il satisfait aux obligations sanitaires, l’abattoir, fermé depuis le 2 novembre, pourrait rouvrir en juillet uniquement pour les bovins, espère Serge Descout qui reconnaît que plus le temps passe, plus les pertes s’accumulent. Il estime pourtant qu’il a un rôle à jouer sur le territoire en évitant par exemple aux animaux de longs déplacements.
- Assouplissement des 80 km/h : suite au vote de l’Assemblée nationale, Serge Descout dit attendre « avec impatience » le texte de loi ad hoc. Il souhaite une concertation entre le préfet, la police, la gendarmerie et les associations de sécurité routière et les élus afin de déterminer les routes « qui présentent les conditions nécessaires à un retour à 90 km/h ».
À l’issue de la séance, le préfet est venu présenter le rapport d’activité des services de l’Etat dans le département.

air max 1