Grève du Bac reconduite

Le mouvement de contestation contre la réforme Blanquer continue. Après la DSDEN lundi, les syndicats enseignants* avaient donné rendez-vous hier matin devant le lycée Jean-Giraudoux pour rencontrer les élèves après les épreuves.
Pour les syndicats, la première journée de mobilisation a été un succès avec « des grévistes dans tous les lycées, jusqu’à 46 % ». Leurs revendications restent les mêmes : revalorisation des salaires, un budget à la hauteur des besoins du service public d’éducation, une titularisation des personnels précaires et l’abrogation de la loi ORE (Parcoursup).
Hier matin devant le lycée Jean-Giraudoux, les enseignants avaient remonté « le mur de la colère », avec des cartons et leurs griefs vis-à-vis de l’administration. Interrogés, les lycéens ne semblaient pas vraiment concernés, confessant pour la plupart « ne pas être au courant » de la grève. Tous ont pu composer normalement. Certains échangeaient sur les épreuves, d’autres avec leurs enseignants. « Il n’y a pas eu trop de bugs sur Parcoursup cette année », assurait une élève. Quant à la question des inégalités d’accès aux études supérieures, l’une trouvait cela normal. « Les inégalités, c’est dans la nature. »
La déclaration des droits de l’homme et du citoyen dépasse justement cet état « naturel » des choses pour donner à chaque être humain la même chance, indépendamment de la sélection naturelle.
* CGT éduc’action, SNUEP-FSU et SNES

Nike HyperRev 2017