Des pistes pour renforcer la coopération antiterroriste

International. Européens, Canadiens et Américains annoncent le développement des contrôles aux frontières de l’UE, des échanges de données sur les passagers aériens et de la prévention de la radicalisation.

Européens, Canadiens et Américains ont promis hier à Paris de renforcer leur coopération antiterroriste.

Quelques heures avant la marche républicaine, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a accueilli place Beauvau 11 homologues européens, le ministre canadien ainsi que le ministre américain de la Justice, Eric Holder, pour une réunion « exceptionnelle » destinée à rappeler la « détermination à lutter ensemble contre le terrorisme ».

« Je n’oublierai pas la manière dont les uns et les autres ont été à nos côtés » après les attentats qui ont fait 17 morts, a confié le « premier flic de France ».

A l’issue de deux heures de réunion, à défaut de mesures immédiatement applicables, les ministres ont rappelé dans une déclaration conjointe que la lutte contre l’extrémisme reposait « à la fois sur la lutte contre la radicalisation, notamment sur internet, et sur le renforcement des moyens destinés à contrecarrer l’action des différentes formes de réseaux terroristes», notamment en entravant leurs déplacements.

Ils souhaitent ainsi « faire aboutir très rapidement les travaux engagés sous la responsabilité de la Commission pour renforcer, à droit européen inchangé, les contrôles des ressortissants européens lors du franchissement des frontières extérieures de l’Union », a expliqué Bernard Cazeneuve.

Le ministre de l’Intérieur espagnol Jorge Fernandez Diaz réclamait, lui, de modifier le traité de Schengen pour établir des contrôles aux frontières au sein de cet espace de libre circulation afin d’entraver la mobilité de combattants islamistes revenant en Europe.

Des milliers de ressortissants européens candidats au jihad ont rejoint, cherchent à rejoindre ou reviennent de Syrie et d’Irak, dont plus de 1.200 rien que pour la France.

Pour tenter de mieux les recenser et d’entraver leurs mouvements, le ministre belge de l’Intérieur, Jan Jambon, s’est lui prononcé pour l’établissement d’une « liste européenne des combattants étrangers ». La Belgique avait déjà appelé à un renforcement du dispositif européen après la fusillade du musée juif de Bruxelles en mai, et dont est accusé le jihadiste français Mehdi Nemmouche, passé par la Syrie.

Dans la même optique, les ministres se disent « convaincus du besoin crucial et urgent de progresser vers l’établissement » d’un système de collecte des données fournies par les voyageurs aux compagnies aériennes (PNR).

« Partenariat » avec les opérateurs internet

« Il faut progresser de façon urgente vers l’établissement d’un PNR européen » qui « permet l’échange des données concernant les passagers aériens entre les Etats-membres », selon eux. Le PNR, ont dit les membres des entourages des ministre, traîne depuis trop longtemps.

Il « permettra de suivre ceux qui se rendent sur le théâtre des opérations terroristes ou en reviennent », a insisté le ministre français, son « utilité (est) irremplaçable ».

Pour lutter contre la radicalisation, ils ont également jugé « indispensable » le « partenariat avec les opérateurs de l’internet pour identifier et retirer rapidement les contenus incitant à la haine et à la terreur». Pas question de contrôle de l’internet pour autant, jurent-ils : internet doit rester « un lieu de libre expression ». Autres résolutions: mieux lutter contre la circulation illégale des armes à feu au sein de l’UE ou encore le développement d’un message « positif » pour contrer la propagande jihadiste.

jordan shoes for sale outlet style