Fil info
11:02 hélas ne pourra pas lui rendre hommage
20:08La mort de Poupou... Un choc. On le croyait immortel... Grâce à , j'avais pu recueillir de nombreux témoi… https://t.co/DXXy23JzAW

S'il vous plaît, dessine-moi une réflexion autour de la répartition de l'espace commun entre les genres

La Métive

Tout a commencé avec les yeux d’un enfant. Dans la cour de son école à Saint-Victor-en-Marche, Lucille remarque que, lors des jeux, les garçons se séparaient régulièrement des filles... Elle s’interroge tant et si bien qu’elle entraîne avec elle Aurore Claverie, directrice de la Métive, qui décide d’en monter un projet, quelques artistes qui interviennent dans les classes de CM1/CM2 de l’école de Saint-Victor-en-Marche, où Lucille était scolarisée, et ceux de 6e du collège Marouzeau, où elle est à présent, ainsi que les élèves qui y grandissent. Le résultat final du projet de toute une année, Si la récréation m’était contée, est présenté à la Métive au Moutier-d’Ahun jusqu’au 10 juillet.
Un projet articulé autour de la cour de récréation et des questions d’égalités femmes-hommes dont les enfant se sont emparés. Le contenu, il vient des enfants. Ce sont leurs mots, leurs travaux, leurs regards, leurs collages... L’affiche, elle est d’eux elle aussi. Le projet Si la récréation m’était contée est avant tout une expérimentation qui a mis en relation les enfants dans toute leur spontanéité et des artistes dans toute leur diversité : dessinateurs, poètes, designers sonores. « On a appris à faire plein de choses », s’avance Nolan, élève de CM2, rejoint par Vincent « Moi, ce qui m'a plu, c'est de voir autant d'artistes et de travailler avec eux, j'avais rencontré qu'un seul artiste avant, avec l'école. » « Et moi, j'ai adoré apprendre à faire des photos et j'aimerais bien continuer », confie Jade « Prendre des photos et dessinez le corps humain, ça m’a bien plu. »
Intarissables lors du vernissage, les enfants ont été tout autant imaginatifs et enthousiastes sur la durée du projet. « Ce qui est intéressant, c’est que la réflexion, les enfants l’ont poussée au-delà du périmètre de la cour de récrée au-delà de leur espace et ont parlé droit de vote, égalité... », souligne Cécile Jaunereau, maîtresse des CM1-CM2. Car l’enjeu central est surtout celui-ci, nourrir une réflexion par le biais de pièces aussi éloquentes que des visages assemblés à partir de photos de garçons et de filles, de moulages de pieds de mains dont il est impossible de savoir s’ils appartiennent à l’une ou à l’autre... « On a appris que même si on est différents en apparence, on est tous pareil dedans », témoigne sobrement Louise.
L’exposition est conçue pour être itinérante en Creuse, première étape à l’Ehpad d’Aubusson...

Air Max 90 Check In