Fil info
07:35# # - -Junien : L’oiseau rare, conté par Sandrine Gniady, c’est demain à la médiathèque -> https://t.co/tGwdvHOC7d
07:34# # - -Junien : Faites des livres : plus qu’un festival ! -> https://t.co/RwgwcP7Wak
07:30# # - : Une meilleure desserte de La Bastide pour une meilleure attractivité -> https://t.co/a5tUGGCzF6
07:27# # - -Vienne : Les militants des droits humains font bloc autour d’Aziz -> https://t.co/xZ2Oanw5UD
07:25# # - -Vienne : USEP et FOL, l’accès à l’éducation comme leitmotiv -> https://t.co/6MhDw5Q8N0
07:23Région : Pour une meilleure reconnaissance des AESH, ’un métier tout à fait essentiel -> https://t.co/b3a49EiU43
07:21Région : Reconnaître le préjudice des proches de victimes -> https://t.co/GV8EM0BkxN
07:18Région : Loi mobilité, LOM : Urgence ligne POLT argumente -> https://t.co/U0bz5uAN87
19:42Périgueux : Encéphalomyélite myalgique : malades, pas paresseux | L'Echo https://t.co/K12VIGCu5W via
19:14Saint-Maur : 2018 : une année de transition pour Familles rurales -> https://t.co/9xBxtZuAzM
19:11Nohant-Vic : Quand la maison de George Sand rencontre la musique électro -> https://t.co/jmU5xYo2xj
19:09La Châtre : Un nouvel et bel acte de solidarité du Lions Club -> https://t.co/sMn02nNTZb
19:07Saint-Gaultier : L’eau et l’assainissement font des remous -> https://t.co/iU0E1JEkQX
18:04Périgueux : Encéphalomyélite myalgique : malades, pas paresseux -> https://t.co/eLl77TB2xe
18:01Coulounieix-Chamiers : Travailler à une transition de notre société -> https://t.co/QQxLc3sX31
17:59Périgueux : La préservation de l’eau à l’honneur -> https://t.co/pB9dxmfBhQ
17:43Bergerac : Amiante : tous les exposés peuvent prétendre au préjudice d’anxiété -> https://t.co/blJRmQcLDK
17:27Bergerac : Un Grand Boum de tolérance avec les enfants de Rosette -> https://t.co/8w6X2t3ulG
17:21FAUX : La centrale photovoltaïque redonne dynamique au village -> https://t.co/wh3A0MD90u

Le choix motivé des autres

Lycée Agricole

Hier après-midi à l’Auditorium du lycée agricole de Tulle-Naves, le CCAS de Tulle a organisé une journée autour du thème «L’aide à domicile, c’est notre métier !». Ces métiers en tension sur le marché de l’emploi sont enseignés par l’établissement.

Au programme de cette journée, des témoignages, des échanges et de l’information pratique. Au cours des deux tables rondes, les partenaires publics et privés de l’aide à domicile ont échangé sur les aspects des métiers des services à la personne. Au cours de la seconde table ronde, des élèves du lycée agricole ont parlé de leur choix de formation. Rencontres.
«Personnellement, c’est un métier dans lequel je me vois bien. C’est une passion avant tout. Pour venir en aide aux personnes, il faut être motivé, passionné surtout, être là pour les autres, avant sa propre personne» explique Clara, en classe de Terminale BAC Pro   SAPAT (Service et Aide à la personne en territoire) au sein de l’établissement agricole. Au cours des trois années de cursus, les élèves, en grande majorité des femmes -on compte seulement quatre jeunes hommes inscrits dans cette filière-apprennent différentes techniques au cœur d’un Pôle entièrement rénové et équipé de matériel professionnel.
Les élèves suivent des stages qui souvent renforcent leur choix dans leur futur secteur d’activité. Ces métiers d’avenir requièrent des compétences professionnelles plurielles en direction de publics qui vont de la petite enfance aux personnes âgées, en passant par les personnes handicapées.
«Je suis rentrée ici parce que je voulais travailler absolument avec des enfants. Lors de mes différents stages, je me suis rendue compte que je préférais les personnes âgées. C’est bien de pouvoir découvrir les publics avec lesquels on a envie de travailler» constate Laura, en classe de Terminale SAPAT.
«J’adore aider. C’était la meilleure filière pour moi. On peut trouver rapidement du travail, déjà avec le BEPA obtenu en Première» ajoute Florine. Le BAC Pro ouvre également les portes de l’enseignement supérieur : «Je vais essayer de rentrer dans une école d’éducatrice pour jeunes enfants. Ce sera sur concours et dossier» précise Florine. Laura, elle, veut pousser ses études jusqu’à un diplôme d’infirmière.

140 élèves

Un tel cursus au sein d’un lycée agricole peut apparaître étonnant mais il plonge ses racines dans l’histoire de l’enseignement agricole réservé aux femmes... «Cette formation sous le nom de SAPAT existe depuis quelques dizaines d’années mais la formation pour l’aide à la personne est présente depuis le début de l’enseignement agricole. On appelait les écoles ménagères, les écoles dans lesquelles les filles recevaient un enseignement qui leur permettait d’accomplir les tâches ménagères et d’aider d’autres personnes à cela alors que le mari s’occupait de la ferme» rappelle Dominique Cavitte, professeure d’ESF. Au sein de l’établissement, le service à la personne représente la moitié de l’effectif, soit 140 élèves.
Hier, deux élèves en Première ont animé de petits ateliers en direction de personnes handicapées du Foyer d’accueil médicalisé pour adultes handicapés (FAM) de l’Adapei à Malemort : «Je veux travailler avec les personnes handicapées plus tard. Ma mère est aide soignante en MAS (Maison d’accueil spécialisée NDLR). Je me suis dit pourquoi pas faire un stage avec ce public. J’ai tout de suite accroché» souligne Florine Lagriffoul.
Motivation et détermination battent au cœur des SAPAT.

Serge Hulpusch