Fil info
17:17Françoise Sivignon, 6e sur la liste , ancienne présidente de Médecins du monde, sera demain lundi à… https://t.co/T1s2O4T8EP
16:55 : les supporters du en liesse. Le club est en finale du championnat après avoir battu Van… https://t.co/a9bN0pzCPL
11:05Dordogne : Sinfonia prend encore de l’ampleur -> https://t.co/Gaim2FJhbm
11:00Dordogne : Les socialistes souhaitent reconstruire après le 26 mai -> https://t.co/hfaD3RLiFj
09:52"Lean forward lad!" mates in canoes adding certain British style & humour to paddling along the Dordogne… https://t.co/P7J3usjasg

L’agglo de Tulle mise sur les circuits courts

Agriculture

Samedi matin, l’agglo et la SAS Paysan Cœur de Corrèze ont posé la première pierre de l’atelier de transformation fermière à Naves, sur la zone de Soleilhavoup. L’équipement sera opérationnel en décembre prochain.
C’est une première en Corrèze. Un atelier de transformation fermière est en cours de construction sur la commune de Naves. Cet outil est porté par l’agglo mais aussi et surtout par la SAS Paysan Cœur de Corrèze. Cette structure regroupe neuf  producteurs locaux venant du territoire  communautaire mais aussi de plus loin (Beynat, Sarran, Saint-Pardoux-Corbier, Benayes...) et également le lycée agricole Edgard-Pisani. Elle assurera la gestion de l’atelier dont elle a imaginé les contours.
L’équipement n’a pas d’abattoir. Il vient en complément : les viandes bovines, ovines, porcines, les volailles et même les légumes y seront  transformés pour être vendus aux particuliers, aux restaurants mais aussi aux collectivités ou entreprises pour de la restauration collective, l’objectif étant de réinvestir les circuits courts. Le consommateur aura aussi la garantie d’acheter des produits de qualité fermière dont il pourra connaître la  traçabilité. «On est sur des procédés dits fermiers. Les produits seront sans additifs, sans colorants ni exhausteurs de goût», insiste Annie Gauvreau la présidente de la SAS et exploitante à Chamboulive.  
L’atelier s’étend sur 700 m² et un seul niveau. Il est construit sur pilotis. Il comportera des bardages en bois «pour casser l’image d’un laboratoire de transformation habituel». Le toit sera recouvert de panneaux photovoltaïques. Il comprendra des espaces : pour la découpe, pour le stockage, la préparation froide, la cuisine et la préparation chaude, des chambres à carcasse, des chambres froides, les salaisons, une légumerie. A cela s’ajoutent des sanitaires, des bureaux, un espace accueil.
Un boucher et un agent polyvalent seront recrutés dès l’ouverture du bâtiment prévue pour décembre prochain (avant les Fêtes). En pleine activité,  une équipe de sept personnes sera nécessaire.
L’ouvrage est construit et porté par Tulle agglo qui souhaite pérenniser et développer l’activité agricole. «L’agriculture a toute sa place au sein du pôle économique de l’agglo», affirme Michel Breuilh, le président. Le territoire compte 640 exploitations agricoles. 220 agriculteurs ont plus de 55 ans,  une centaine partira à la retraite sans avoir pu transmettre son activité. L’atelier de transformation répond donc à un besoin tant du côté des  producteurs, de la collectivité mais aussi du consommateurs en quête de nourriture saine et locale.
L’opération coûte 1,7 millions d’euros. Elle est soutenue par l’Etat, la Région, le Département.