Impliquer toutes les générations dans une politique sociale

Politique

Le mouvement Génération.s est issu du M 1717, créé par Benoît Hamon le 1er juillet dernier. Il a donné lieu à un rassemblement de ses délégués et personnes intéressées au Mans au début du mois, où a été rédigée la charte fondatrice.

Choisi par les Français pour représenter le Ps au dernières élections présidentielles, mais trahi par les siens qui le trouvent sans doute trop social, Benoît Hamon a été balayé dès le premier tour.
Mais les citoyens s’étant retrouvés dans son programme n’étaient pas décidés à laisser le champ libre à l’ultra-libéralisme du petit banquier, et le 1er juillet, ils étaient 11 000  à avoir répondu à l’appel du candidat malheureux pour lancer un mouvement qui compte aujourd’hui 42 000 membres, et 550 comités locaux. Le 2 décembre au Mans, ils ont été plus de 2 000, dont une petite dizaine de Périgourdins, à réfléchir sur la charte élaborée à partir des 28 422 réponses à la grande consultation lancée après le 1er juillet, et des 1 400 amendements déposés par les citoyens et comités locaux. Un texte fondateur en est issu, qui précise en préambule : « Nous sommes de gauche. Nous sommes écologistes ».
Génération.s est aujourd’hui représenté en Dordogne par trois comités locaux, ceux du Grand-Périgueux, de Bergerac et de Sarlat. Le choix a été fait de privilégier  l’échelon local plutôt que départemental, avec une autonomie totale de chaque comité. Pas de structures pyramidales, mais plutôt une organisation horizontale, où chacun peut et doit s’exprimer au lieu de suivre, le petit doigt sur la couture du pantalon, les grandes orientations décrétées par un chef auto-proclamé. Les Périgourdins impliqués dans ce projet de société viennent d’horizons divers, anciens ou actuels encartés Ps, Eelv, syndicalistes, société civile, voire sympathisants anarchistes, ils se sont retrouvés autour des grands axes de la Charte fondatrice, à savoir l’écologie, l’égalité, la justice sociale, la démocratie participative, une Europe démocratique, écologique et solidaire, et l’international, « car les idées ne sont efficaces que si elles peuvent s’ouvrir à l’international» estiment les membres des comités locaux de Génération.s.  Association loi 1901 pour l’instant, Génération.s est piloté par une coordination nationale transitoire comptant 30 membres, avec une parité parfaite, issus des fondateurs, et 30 autres tirés au sort parmi les volontaires des comités locaux, toujours en respectant la parité.

Les actions prévues en Dordogne
Si pour l’instant Génération.s ne revendique qu’une soixantaine de personnes dans ses trois comités locaux, le mouvement
s’étend, et d’autres groupes sont en train de se constituer.
Pour l’instant, ses militants ont participé aux manifestations con-tre la loi Travail de cet automne, et ont beaucoup de projets pour les semaines à venir. Fin janvier ou début février (la date est à préciser), une conférence débat sur « le revenu universel d’existence (Rue) face aux mutations du travail » sera organisée en liaison avec le Mouvement français pour le revenu de base (Mfrb) dont le responsable périgourdin glisse avoir rejoint Génération.s en voyant que Jean-Luc Mélenchon s’y opposait. Le revenu de base, mis en place pour l’instant de façon expérimentale par Macron et son gouvernement, est loin du Rue, tant dans la philosophie, libérale, que dans le champ d’application. Ce Rue, qui était, au même titre que la Sécu, dans les cartons du Cnr, est « un outil au service d’un nouveau modèle de société » précisent les représentants de Génération.s, « qui fait la part belle à la solidarité, et remet le travail à sa juste place d’émancipation de l’individu, et non d’aliénation, comme il le devient de plus en plus». Quant au financement, il pourrait provenir du Cac 40 à travers des dividendes universels de base : « On le touche par ce qu’on existe, qu’on est humain». Génération.s. a décidé de se rapprocher, pour les élections européennes, de Diem 25 (Democracy in Europe Movement 2025), mouvement politique pan-européen lancé en 2015 par l’ancien ministre des Finances grec Yanis Varoufakis et qui vise à réformer les institutions de l’Union européenne afin d’y promouvoir davantage de transparence et de démocratie dans son fonctionnement. Les prochaines réunions des comités auront lieu, aujourd’hui à 15 h à Bergerac à l’association Cela (rue Marceau-Feyry), et à Champcevinel le 16 janvier (18 h 30).

 

 

Mercurial Superfly CR7 High