Fil info
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga
20:16 Rétablissons les faits réels : a publié une image de cette cérémonie.
09:51L toujours avec nous et dans notre ❤️ le faire vivre une urgence !! https://t.co/WkKC72f5CT
09:20Aujourd’hui jour de soutien à Sylvie postière à qui passe en conseil de discipline ✊🏼… https://t.co/eRtiBqNEM9

Relax, vous êtes en Périgord

Sécurité

Ce n’est pas dans notre département que l’insécurité est la plus marquée, loin de là. Il se positionne en bas de classement des 96 départements français, que ce soit pour les atteintes aux biens ou les violences. En revanche, la sécurité routière reste un point noir sur ce territoire au réseau secondaire vaste, et parfois vétuste.

Commençons par les bonnes nouvelles : la Dordogne reste toujours dans les profondeurs du classement des départements en ce qui concerne la délinquance.
79e sur 96 en ce qui concerne les Atteintes volontaires à l’intégrité physique (Avip), autrement dit les violences, 77e pour les Atteintes au bien (Aab, soit les cambriolages et vols), les Périgourdins peuvent continuer à dormir sur leurs deux oreilles, même s’il est tout de même préférable de garder un oeil entrouvert. Pour présenter ce bilan de la délinquance 2018, le préfet Frédéric Périssat était entouré de sa directrice de cabinet Magalie Caumon, de la commissaire-divisionnaire Laetitia Philippon, du colonel Lionel Nicot, qui dirige le groupement départemental de la gendarmerie, et des procureurs de Périgueux, Jean-François Mailhes et Bergerac, Odile de Fritsch.
Les cambriolages de résidences principales et logements sont en nette diminution (- 14 %), mais ceux s’attaquant à des locaux industriels, commerciaux et financiers augmentent de 5,2 %.  On n’a subi sur le département qu’un vol avec arme en 2018, mais le nombre de vols violents sans arme a légèrement progressé, tandis que ceux, toujours sans arme, mais contre des personnes, a connu un bond avec près de 200 faits supplémentaires. En revanche, les vols de véhicule baissent nettement (- 102). En face, la réponse est présente, avec des taux d’élucidation en hausse, que bien sûr les pouvoirs publics mettent sur le compte de la police de sécurité du quotidien, et des conventions passées avec des municipalités, association et concitoyens. Mais on peut ajouter le travail au quotidien des forces de l’ordre, et leur connaissance du terrain.
Les violences contre les personnes restent une problématique très prégnante, particulièrement celles intra-familiales, contre les femmes. Si le nombre de faits constatés est en hausse (on en a comptabilisé 30 de plus), cela provient surtout de la libération de la parole, les victimes se décidant à porter plainte, mais souvent après plusieurs épisodes qu’elles ont passés sous silence, jusqu’à celui de trop. Leur prise en charge par les forces de sécurité et l’écoute qui leur est apportée permet aussi de lutter con-tre ce phénomène, qui est souvent lié à une alcoolisation massive, et parfois à l’isolement. La majorité de ces faits sont en effet constatés en zone rurale, dans des milieux combinant les difficultés, financières, d’accès au travail, de dispersion familiale... La hausse est aussi dûe à la prise systématique d’une plainte, là où auparavant les victimes déposaient plus souvent des mains-courantes.
Mais le gros point noir du département reste l’accidentologie. 2018 a été particulièrement meurtrière, avec plus onze tués sur la route par rapport à 2017, malgré un nombre d’accidents en légère baisse (196 contre 224). S’il n’existe pas de zones repérées plus accidentogènes que d’autres, les fautes de conduite sont le facteur principal des accidents mortels. 13 personnes ont perdu la vie suite à une voiture se déportant sur la voie opposée, autant suite à une vitesse excessive ou inadaptée, et trois qui n’avaient pas mis leur ceinture de sécurité. Enfin, on dénombre cinq piétons parmi les 44 morts sur la route. Le bilan sur l’abaissement de la vitesse ne peut encore être tiré, d’autant qu’entre le jour de l’An et le 1er juillet, on recensait 80 accident, et 111 entre cette date et le 31 décembre. Là aussi, l’alcool fait des ravages, et la justice prévient que la réponse judiciaire sera toujours présente et la répression accrue, avec la généralisation des éthylotests anti-démarrage.

Des délinquants locaux
Les vols avec violence et cambriolages ne sont pas le fait, comme ce peut être pensé, des réfugiés ou des mineurs isolés. « Nous sommes plus sur du désoeuvrement social et des problèmes d’alcool. Quant aux cambriolages, ils ne sont pas dûs à de la délinquance de passage. La plus grosse difficulté, ce sont nos délinquant locaux » précise la commissaire-divisionnaire.

Air Jordan V High Supreme