Fil info
19:05 Je ne suis (je n'étais) que lecteur et je n'ai aucune information mais l'expressio… https://t.co/I8fLtcLSAR

« Que les spectateurs passent à l’action ! »

Réforme des retraites

Manifestation interprofessionnelle à l’appel de la CGT, ce mardi 24 septembre 2019. Son leader Philippe Martinez, réélu en mai dernier, avait lancé l’appel à mobilisation dès que le haut-commissaire Delevoye a remis, à la mi-juillet, le rapport sur le projet de réforme des retraites que le gouvernement lui avait commandé : 42 régimes ne feraient plus qu’un… et il serait  « à points ».

« C’est pas mal comme mobilisation, mais ce n’est pas à la hauteur de l’enjeu ». Ce mardi 24 septembre 2019, il est alors environ 17 h 45 et la secrétaire générale de l’union départementale CGT Dordogne Corinne Rey sait pourtant qu’avec deux pôles de mobilisation -Périgueux,Bergerac- il est toujours, comparés aux autres départements, plus difficile de faire masse, en Dordogne. En revanche, elle ignore que le cortège va tripler, dès qu’il va démarrer. C’est mieux, beaucoup mieux. Toutefois, Corinne a dans l’idée que « beaucoup de salariés sont encore spectateurs »Dans l’idée... tirée de l’expérience du terrain. Quand les militants cgtistes l’arpentent, ils vérifient que leur discours parle à leurs interlocuteurs. En revanche, pas question pour Corinne Rey d’expliquer leur absence pour motifs de sécurité. « Les familles qui désertent les cortèges par peur de ce qui pourrait arriver, c’est une réalité dans les grandes villes, mais elle ne vaut pas pour Périgueux ».

LIRE AUSSI : (VIDÉO) Pierre-Courreges-Clerq (FO Dordogne) reçoit Philippe Pihet : "pourquoi un projet génial sortirait après les muncipales ?"

Pour rappel, seule la CGT avait appelé toute la France à manifester contre la réforme des retraites ce mardi. Et si des informations avaient circulé toute la journée pour indiquer que d’autres syndicats ralliaient la bannière rouge, Corinne Rey ne le vérifiait pas dans la capitale de la Dordogne. « Il y a eu des raccrocs, mais sporadiques, et selon les professions ». Comme FO organismes sociaux. Autrement dit l’heure de la grande lutte commune n’a pas sonné. « Les Cheminots ? On ne sait pas ce qu’ils font… ». C’est sans doute pour revenir sur le fameux enjeu de cette réforme des retraites, dans l’espoir de secouer les consciences, que Corinne Rey a rappelé comment la CGT lisait à travers les lignes du rapport du haut-commissaire Delevoye (voir L’Echo de la Dordogne de lundi 23 septembre) et redit ce qu’elle proposait à la place, des idées « qui n’ont pas été débattues avec le gouvernement depuis 18 mois »au passage. Celles-ci visent « un autre partage des richesses ».

LIRE LA VIDÉO : La CGT vent debout la réforme des retraites à Périgueux, mais isolée

Fabienne Ausserre