Fil info
11:02 hélas ne pourra pas lui rendre hommage
20:08La mort de Poupou... Un choc. On le croyait immortel... Grâce à , j'avais pu recueillir de nombreux témoi… https://t.co/DXXy23JzAW

Le directeur Gérard Poggioli décrypte l’impôt

Finances publiques

En dressant le bilan de la campagne déclarative 2019, le directeur des finances publiques du département de la Dordogne Gérard Poggioli permet de mieux connaître la population de nos terres périgourdines. Et reste dans son rôle de relais du discours du ministre de l'action et des comptes publics Gérald Darmanin. C’est sa fonction.

« En Dordogne38% de la population est imposable, contre 43 %  de la population de la France entière ». Logique, pour le directeur départemental des finances publiques (DDFIP) de la Dordogne Gérard Poggioli : le revenu moyen par habitant périgourdin est lui-même en dessous du revenu moyen national (le revenu fiscal départemental est autour de 23 400 € contre, au plan national, 27 à 28 000 €). Avec ses 245 529 foyers fiscaux imposables, la Dordogne rapporte donc moins que ses homologues à la collectivité hexagonale. Toutefois, Gérard Poggioli invite à se méfier des interprétations taillées à la serpe. « Les mesures gouvernementales ont augmenté le taux des revenus non imposableset celles qui restent à venir vont accentuer ce phénomène ». Autrement dit, il serait hasardeux de considérer la Dordogne comme un territoire de personnes trop souvent encore plus pauvres, dès l’instant qu’en soustrayant une partie d’entre nous à l’impôt parce qu’il est conscient des niveaux modestes de nos revenus, le gouvernement grossit, de fait, leurs rangs. Reste que la Dordogne pointe à la 3place des 12 départements de Nouvelle-Aquitaine dans le challenge pauvreté. Ses frères de peine sont la Creuse et le Lot-et-Garonne.« Historiquement», la Dordogne décroche toujours une place sur le podium. « Si la campagne déclarative 2019 a été fortement impactée par l’instauration, le 1erjanvier, du prélèvement à la source, dans la mesure où les revenus 2018 n’ont, pour la plupart, pas généré d’impôts exceptionnels, elle s’est bien déroulée». Même si « un accompagnement  reste nécessaire ». En effet, ceux qui ont perçu des revenus exceptionnels ou ont remboursé des crédits d’impôts indus-« ce crédit d’impôt n’a valeur que cette année de transition »- représentent 7,54% des contribuables, et, en tout, ils se sont acquittés de 36,5 M€. En cette année fiscale de basculement, les crédits d’impôts, qui ont constitué une avance pour la trésorerie de l’Etat depuis la mi-janvier, ont été remis à niveau en  juillet. « L’idée, c’est de mensualiser les crédits pour ne pas avoir à rembourser les finances publiques ». Voilà pour le chapitre des ajustements. « Le service en ligne Gérer mon prélèvement à la source offre le moyen d’individualiser son taux de prélèvement et de signaler un changement de situation familiale ». Il y a d’ailleurs une nouvelle fonctionnalité du site impots.gouv.fr via l’onglet Je pars à la retraite. Du 1er janvier au 1er septembre, 15 000 connexions ont été comptabilisées (voir ci-dessous Ouvertures de comptes bancaires).

LIRE AUSSI : Trésoreries : opération portes fermées aussi en Dordogne

Taxe d’habitation : un sujet délicat 

« Avec la réforme de la taxe d’habitation, les mairies ne pourront plus augmenter leurs taux ». Depuis que la suppression progressive de la taxe d’habitation a été enclenchée, nombre de premiers magistrats ont expliqué combien ils redoutaient la disparition de cette possibilité, vécue comme elle est : une perte d’autonomie de la commune. Gérard Poggioli s’est chargé de rappeler que « la compensation, qui va s’opérer via la collectivité départementale, sera le fruit du calcul d’une clé de répartition, dont le niveau sera inscrit dans la loi de finances 2020 ». Pour le dire vite, le principe va consister à ce que chaque assemblée départementale redistribue la part de taxe foncière qu’elle reçoit pour un montant qui dépendra du profil de la commune. En effet, outre la taxe d’habitation, les communes collectaient jusqu’à présent une part de la taxe foncière, quand le Département recevait, lui aussi, une part de cette dernière. « Selon le plan national qui sera établi, on va faire en sorte que des collectivités ne perçoivent alors pas plus d’argent avec ces taxes foncières que dans le système qui, jusqu’ici, prévalait ». Les Départements, qui perdraient à leur tour une recette importante, seraient eux aussi, suivant un effet domino… compensés par une part de TVA.

LIRE AUSSI : Présence des trésoreries en Dordogne : face à face Gérard Poggioli-Jacques Auzou

Taxes foncières pour 195 000 foyers

« En 2019, les taux des taxes foncières ont augmenté de 2,2 %, par l’élévation naturelle des bases ». Le directeur de DDFIP Dordogne indique que ce n’est pas tout« Il arrive que des collectivités aient elles-mêmes anticipé en remontant  leur taux ». Ce n’est en tout cas pas le cas de Périgueux, qui les a baissés, pointe le directeur Poggioli. La capitale de la Dordogne se distingue… et s’épargne des séances d’explication. En effet, que disent les maires, en particulier, quand, mécaniquement, les impôts de leur cité grimpent et que, inévitablement, leurs administrés crient à la trahison ? En théorie, sur les seules résidences principales, la Dordogne devrait abonder la tirelire de la nation à hauteur de 80 M€.  Avant que la réforme de la taxe d’habitation intervienne, le montant des exonérations équivalait à 10 M€. Maintenant que le changement est en route, le dégrèvement total égale 36 M € en 2019 (soit 292 € de réduction par foyer et en moyenne). L’année prochaine, plus de 86% des foyers périgourdins seront exonérés, de fait que leur économie égalera 447 €, en moyenne. Au terme de la mise en œuvre intégrale de la réforme (en 2023), la tribu des Périgourdins à rester assujettis à la taxe d’habitation seront les propriétaires de résidences secondaires, soit 14% d’entre nous, qui fourniront un effort sonnant et trébuchant de 32 M€.

Fabienne Ausserre

Ouvertures de comptes

L’application du prélèvement à la source a entraîné un bond du nombre d’ouvertures de comptes bancaires. Sur les 15 000 connexions au site des impôts, pendant les 8 premiers mois de l’année, 71% étaient motivées par le signalement d’un changement de coordonnées bancaires. Avant tout, c’est que l’on juge souvent que le montant du revenu de son conjoint... ne regarde pas son employeur. Aussi, nombre de couples ont ouvert un compte dédié au règlementde ses impôts.

la marge

Ils sont 265 en 2019. Le nombre de foyers périgourdins à s’acquitter de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) a un peu augmenté en 2019 : ils sont 265 à être imposables à l’IFI contre 254 en 2018. Cette année, ces foyers mettent ainsi 2,1 M € dans la tirelire de la nation, contre 1,9 M € en 2018.