Fil info
13:39 Dans les années 60, Poulidor alors qu'il faisait le tour de France, a tenu une chr… https://t.co/NVmEigVJQu
13:28Une photo qui aurait passé dans l' si... L', , le va de deuil en deuil... S… https://t.co/AK8PrMSdXj
10:37Mercredi, Alain s’est levé un quart d’heure avant minuit. Comme d’habitude. Il a claqué quelques bises à… https://t.co/KQgcm8Sc1I
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga

La fréquentation touristique «bas de gamme» en berne

En 2018, la fréquentation des hébergements touristiques de la région Nouvelle-Aqui-taine a globalement diminué de 0,8 % (42 millions de nuitées dont un quart sont générées par la clientèle résidant à l’étranger).

Dans le détail, dans les campings comme dans les hôtels, la fréquentation des établissements d’entrée de gamme et non classés décline alors que le haut de gamme héberge davantage de touristes.

Apres trois années de hausse, on a enregistré l’an passé 350.000 nuitées de moins qu’en 2017. La Nouvelle Aquitaine reste cependant parmi les régions les plus attractives derrière l’Ile-de-France et l’Occitanie.

Campings

En décalage avec la tendance en France métropolitaine (+ 0,8 %), la Nouvelle-Aquitaine s’inscrit dans un mouvement de baisse, généralisé à l’ensemble des régions du sud du pays (à l’exception de la Corse). La fréquentation des campings néoaquitains a été pénalisée par la désaffection de la clientèle résidant en France (-3,5%). Au contraire, la fréquentation de la clientèle résidant à l’étranger se développe, à un rythme toujours plus élevé (+7,3%). Ainsi, la Nouvelle-Aquitaine est la région française qui accueille le plus grand nombre de clients non résidents.

Saison estivale

hétérogène

La baisse de la fréquentation masque des évolutions mensuelles contrastées : forte diminution enregistrée en avril, très bon mois de mai, recul en juin et juillet, stabilité en août. Globalement, le manque de campeurs a impacté davantage l’intérieur du territoire. L’hôtellerie de plein air, notamment en Dordogne a été touchée alors que les campings des autres départements non côtiers ont réalisé une bonne saison 2018.

Sur la façade atlantique, la fréquentation est quasi stable dans les Landes, en Gironde et en Charente-Maritime, premier

département néo-aquitain d’accueil des campeurs et quatrième de France métropolitaine.

Seuls les établissements haut de gamme (3-4-5 étoiles) sont épargnés par la désaffection des campeurs.

Clients venus d’Amérique du Nord

En 2018, la clientèle hôtelière a cumulé plus de 16 millions de nuitées dans la région. La fréquentation a diminué de 1,1%.

Comme au niveau national, le nombre de nuitées des clients résidents recule (-2,8 %). Cependant, dans la région, ces pertes ne sont pas compensées par l’augmentation de la fréquentation de la clientèle non résidante qui génère 200.000 nuitées de plus qu’en 2017 (+7,3 % sur l’année).

La clientèle hors Europe s’est inscrite dans une belle dynamique (+19 %) et la clientèle originaire d’Amérique du Nord était bien plus présente l’an passé. (+30 %).

L'hôtellerie

économique
n baisse

La baisse de la clientèle résidante impacte essentiellement l'hôtellerie économique (-6,2 %), affectée par une réduction importante de son offre de chambres . L’essor de la clientèle non résidante profite là aussi aux établissements haut de gamme (4 et 5 étoiles) dont la fréquentation a augmenté de 3,5 %.

Le nombre de nuitées a en revanche stagné dans les hôtels des zones urbaines hors littoral, malgré l’accroissement important de la clientèle venant de l’étranger. Il a reculé de 2,7 % dans les espaces ruraux.

 

Photo: Les hôtels les moins étoilés ont été moins fréquentés en 2018.