Fil info
19:54Périgueux : Ils ont fait barrage à Daesh, faisons barrage à Erdogan -> https://t.co/1l2ooYrBKQ
19:48Saint-Estèphe : Une personnalité si attachante -> https://t.co/qofhNOUt4l
19:09France : L’ancienne usine Auga deviendra un complexe sportif en avril 2020 -> https://t.co/tvaBXZeWbB
19:06Châteauroux : Les "Lisztomanias Humanitaire" veulent amener la musique partout -> https://t.co/6QIhLoJ9KP
18:45Vieux-Mareuil : Un automobiliste entraîne la chute d'une fillette à vélo -> https://t.co/df14lbfo2W
17:55// PRESSE // "Une sommité pour ouvrir le cycle de conférences " 📰 On parle des dans… https://t.co/PRD33lgmfw
17:44Brive-la-Gaillarde : «J’espère que les gens vont se réveiller» -> https://t.co/6eT5ArraeH
17:27Parnac : L’AC Parnac vient à bout d’une valeureuse équipe d’Issoudun -> https://t.co/8ngp8vKMWI
17:25La Châtre : Les écoliers ont ramassé 15 kg de déchets -> https://t.co/yR0hfAWQK8
17:20Ambrault : Carrière Chéret à préserver : appel à l’énergie citoyenne -> https://t.co/Xwrk9A0pYr
17:04Castelnaud-la-Chapelle : Cérémonie de la Légion étrangère au château de Castelnaud -> https://t.co/HEudlXnRJH
16:59Bassillac : Une liste qui veut unir pour l’avenir -> https://t.co/HPPfc5ZJtG
16:55RT : René Dutin, un élu du peuple. https://t.co/1Jxya6o1kT https://t.co/sEE00tZYkn
16:54RT : ENFIN. Après avoir insulté les cheminots pendant 72h, la se voit obligée par la inspection du travail d'Alsac… https://t.co/O050URxzt2
16:54RT : On attend maintenant les excuses d' pour avoir qualifié de "grève surprise" un droit de retrait désorma… https://t.co/UKgVtmuLew
15:45Coulounieix-Chamiers : Et si une gève illimitée était lancée ? Débat mercredi prochain -> https://t.co/IYnKlFp9l9
12:13RT : Ce matin à 9h10, un accident de la circulation s'est produit sur la RN21 (Limoges - Aixe-sur-Vienne) entre un poids… https://t.co/yv6CBKkSFZ
11:58RT : Ce week-end certains ont remis en cause le . Ce matin une femme a été découverte morte sur la ligne… https://t.co/Z4ZOO7D5Wl
11:10Ce matin à 9h10, un accident de la circulation s'est produit sur la RN21 (Limoges - Aixe-sur-Vienne) entre un poids… https://t.co/yv6CBKkSFZ
07:40Région : Les label E3D remis à des établissements scolaires -> https://t.co/egLLy1Mxgl
07:37# # - : Les Tambours du Bronx en concert samedi -> https://t.co/lwli5iD41s
07:35# # - -Vienne : Librairie occitane Un concert avant l’exposition -> https://t.co/hLxN7Ro5qt
07:33# # - -Vienne : La Résistance des «petites gens» contée par des objets du quotidiens -> https://t.co/cm7fDQ5y6n
07:31# # - -Vienne : Le Conseil départemental tire à boulets rouges sur le gouvernement -> https://t.co/tcLv05hf19
07:28Région : Le PNT Périgord-Limousin favorise la biodiveristé -> https://t.co/Q4dkylCGy4
06:24Bardou : Le blessé longtemps prisonnier de sa voiture -> https://t.co/TbQ80nCPt8
23:10Périgueux : La culture occitane se porte (très) bien -> https://t.co/MBTP9MyAXL
22:23Nontron : La Dordogne perd René Dutin -> https://t.co/OjbH5onrFt

La mère de Séréna de retour devant la justice

La cour d’assises d’appel de la Haute-Vienne a entamé hier le procès de la mère de Séréna, le bébé dit «du coffre» (de voiture), un rare cas de déni, dissimulation d’enfant et carences de soins pour lequel l’accusée avait été condamnée à deux ans de prison ferme.

Contrairement au procès de novembre 2018 devant la cour d’assises de la Corrèze, Rosa da Cruz, 51 ans, comparaît cette fois détenue. Huit ans de prison avaient été requis à l’audience, puis le parquet général avait fait appel de la sentence. La défense, qui avait plaidé l’acquittement, avait fait appel à son tour, contestant notamment la déchéance d'autorité parentale.

Jusqu’où peut aller le déni en matière de grossesse, d’accouchement, de maternité ? Le procès en appel de la mère de Séréna, le bébé dit «du coffre» (de voiture) s’est plongé d’emblée dans les ressorts psychiques d’un rare cas de dissimulation, de carence de soins, mais aussi de survie.

La cour d’assises d’appel de Haute-Vienne rejuge jusqu’au 16 octobre, Rosa da Cruz, mère «bonne» et «aimante» de trois enfants normalement élevés, et d’une petite Séréna, qu’elle garda cachée pendant 23 mois aux yeux de tous, dans une pièce au sous-sol, dans sa voiture.

Dans le coffre du break maternel où Séréna fut découverte – par un garagiste –, il y avait les «souillures», «larves», «odeur pestilentielle» de «volaille en putréfaction», «hygiène déplorable», selon les mots des témoins, pompiers et enquêteurs qui les premiers l’ont vue.

Une poupée qui survit

Et puis il y avait aussi dans le coffre des peluches, un jouet en plastique, les biberons à la tétine élargie, la trace de médicament (paracétamol) qu’on trouvera chez l’enfant. Et le fait qu’elle ait un prénom, déjà. Séréna. «Parce qu’elle était calme...», dira la mère.

«Au sous-sol, il n’y a (pour la mère) pas d’enfant, il y a une poupée qui survit. Elle va s’en occuper à la manière d’une petite fille qui va s’occuper d'une poupée. Elle ne peut pas la voir, la sentir, la ressentir comme un enfant réel». Le Pr Henri-Michel Delcroix, gynécologue obstétricien, a tenté de décrire l’état de «sidération psychique complet» de la mère de Séréna, en accouchant seule après un «déni de grossesse total». Déjà, son deuxième enfant était né lui aussi après un déni de grossesse, et sa troisième après un déni levé après sept mois seulement. Sans aucun suivi psycho-médical entretemps.

Cette sidération, poursuit l’expert, explique le «comportement clivé», «une dissociation psychique totale» chez la mère, avec déni total de grossesse, puis d’accouchement. Un comportement auquel la survie de Séréna tient du miracle.

«L’enfant s’est adaptée du mieux qu’elle a pu», a-t-il résumé, tenant la survie pour «fortement improbable» car en pareil cas, «c’est en principe soit la poubelle, soit le congélateur». L’expert dira d’ailleurs «n’avoir jamais vu une telle situation dans la littérature médicale récente», et révélera que le cas Séréna (et de sa mère) fait l’objet de travaux de recherches.

Aujourd’hui, Séréna souffre de ce que les experts ont décrit comme un syndrome autistique «vraisemblablement irréversible», constitutif d’une «infirmité permanente» et d’un «déficit fonctionnel à 80%», conséquence de 23 premiers mois de «privations sensorielles», «sans aucun contact extérieur ni stimuli».

A bientôt 8 ans, elle a le développement mental d’une enfant de 2-3 ans et partage son temps entre une famille d’accueil et un institut médico-éducatif spécialisé.

le Pr Delcroix s’est comme en première instance, confronté aux parties civiles, avançant prudemment sur le terrain de «l’irresponsabilité pénale».

«On ne juge pas Mme da Cruz pour les circonstances de l’accouchement, on ne la juge pas pour un déni de grossesse, on la juge pour des violences volontaires ayant entraîné des infirmités permanentes», a tonné l’avocat général Claude Derens, voyant au-delà de la sidération, des «stratagèmes de dissimulation» chez l’accusée.

Rosa da Cruz est apparue peu changée par un an de détention, un peu marquée, mais avec la même expression triste et lasse. Moins prostrée quand même, alors qu’elle commençait, d’une voix claire, à répondre aux questions de la cour. Elle encourt 20 ans de réclusion.

 

Photo : Le procès en appel s’est ouvert hier à Limoges. (AFP)