Fil info
19:09France : L’ancienne usine Auga deviendra un complexe sportif en avril 2020 -> https://t.co/tvaBXZeWbB
19:06Châteauroux : Les "Lisztomanias Humanitaire" veulent amener la musique partout -> https://t.co/6QIhLoJ9KP
18:45Vieux-Mareuil : Un automobiliste entraîne la chute d'une fillette à vélo -> https://t.co/df14lbfo2W
17:55// PRESSE // "Une sommité pour ouvrir le cycle de conférences " 📰 On parle des dans… https://t.co/PRD33lgmfw
17:44Brive-la-Gaillarde : «J’espère que les gens vont se réveiller» -> https://t.co/6eT5ArraeH
17:27Parnac : L’AC Parnac vient à bout d’une valeureuse équipe d’Issoudun -> https://t.co/8ngp8vKMWI
17:25La Châtre : Les écoliers ont ramassé 15 kg de déchets -> https://t.co/yR0hfAWQK8
17:20Ambrault : Carrière Chéret à préserver : appel à l’énergie citoyenne -> https://t.co/Xwrk9A0pYr
17:04Castelnaud-la-Chapelle : Cérémonie de la Légion étrangère au château de Castelnaud -> https://t.co/HEudlXnRJH
16:59Bassillac : Une liste qui veut unir pour l’avenir -> https://t.co/HPPfc5ZJtG
16:55RT : René Dutin, un élu du peuple. https://t.co/1Jxya6o1kT https://t.co/sEE00tZYkn
16:54RT : ENFIN. Après avoir insulté les cheminots pendant 72h, la se voit obligée par la inspection du travail d'Alsac… https://t.co/O050URxzt2
16:54RT : On attend maintenant les excuses d' pour avoir qualifié de "grève surprise" un droit de retrait désorma… https://t.co/UKgVtmuLew
15:45Coulounieix-Chamiers : Et si une gève illimitée était lancée ? Débat mercredi prochain -> https://t.co/IYnKlFp9l9
12:13RT : Ce matin à 9h10, un accident de la circulation s'est produit sur la RN21 (Limoges - Aixe-sur-Vienne) entre un poids… https://t.co/yv6CBKkSFZ
11:58RT : Ce week-end certains ont remis en cause le . Ce matin une femme a été découverte morte sur la ligne… https://t.co/Z4ZOO7D5Wl
11:10Ce matin à 9h10, un accident de la circulation s'est produit sur la RN21 (Limoges - Aixe-sur-Vienne) entre un poids… https://t.co/yv6CBKkSFZ
07:40Région : Les label E3D remis à des établissements scolaires -> https://t.co/egLLy1Mxgl
07:37# # - : Les Tambours du Bronx en concert samedi -> https://t.co/lwli5iD41s
07:35# # - -Vienne : Librairie occitane Un concert avant l’exposition -> https://t.co/hLxN7Ro5qt
07:33# # - -Vienne : La Résistance des «petites gens» contée par des objets du quotidiens -> https://t.co/cm7fDQ5y6n
07:31# # - -Vienne : Le Conseil départemental tire à boulets rouges sur le gouvernement -> https://t.co/tcLv05hf19
07:28Région : Le PNT Périgord-Limousin favorise la biodiveristé -> https://t.co/Q4dkylCGy4
06:24Bardou : Le blessé longtemps prisonnier de sa voiture -> https://t.co/TbQ80nCPt8
23:10Périgueux : La culture occitane se porte (très) bien -> https://t.co/MBTP9MyAXL
22:23Nontron : La Dordogne perd René Dutin -> https://t.co/OjbH5onrFt
20:15Chamberet : Le village accordéon -> https://t.co/wAaMdVF4Z9
20:10 vous êtes tellement mignons... 7 milliards de vies humaines, une terre qui dégueule de nos rejetons, et vous...
19:41RT : Cérémonie de l'arbre de la Paix à Malemort, le 10 octobre 2019 https://t.co/DZCjrLCujC

Procès bébé «du coffre» : l’insoutenable et l’insaisissable

Entre l’incontestable et l’insaisissable: le procès en appel de l’affaire Séréna, le bébé dit «du coffre» (de voiture) découvert après deux ans de carences, oscille entre les descriptions crues, implacables, de l’état de l’enfant et l’évaluation, controversée, du degré de conscience de la mère.

La cour d’assises d’appel de Limoges, qui rejuge Rosa da Cruz jusqu’au 16 octobre, pour violences volontaires ayant entraîné infirmité permanente sur mineur par ascendant, a entendu mardi, avec forces détails, l’état «déplorable» du bébé découvert le 25 octobre 2013.

La «petite était au fond du coffre, au milieu de sacs poubelles, à côté d’un couffin immonde» a expliqué Denis Latour, garagiste qui le premier a ouvert le coffre, alerté par un collègue sur les gémissements et l’odeur qui en émanaient. Une odeur de «putréfaction» qui amènera un gendarme scientifique à chercher longtemps dans la voiture trace d’un bout de cadavre. Une enfant «très chétive», «extrêmement sale», qui «ne parlait pas, ne bougeait pas», baignant dans une «odeur nauséabonde», «insoutenable», ont décrit des gendarmes. «Des collègues ont dû s’écarter pour aller soulager leur estomac». «C’était la première fois que je voyais un enfant vivant dans cet état», dira l’un d’eux.

L’enfant était «toute nue, transpirait, cherchait la respiration», comme «noyée par le manque d’oxygène, asphyxiée par les excréments», poursuit le garagiste. «186 battements (de cœur) par minute, une température à 38,2°C» à l’arrivée au CHU de Brive. Des pompiers diront qu’à une demi-heure près l’enfant aurait été en grand danger.

Le sort de Séréna s’est joué à peu de choses: si, au bout du déni de grossesse, la mère n’avait pas été seule à 6h40, si les contractions étaient survenues en plein jour, en présence de tiers, de son concubin, «les choses se seraient passées autrement», assure Rosa da Cruz.

Comme pour son fils Alexandre né en 2004, lui aussi «expulsé» au bout d’un déni de grossesse, mais avec la famille autour. Mais pour Séréna, Rosa accouche seule au sous-sol, «panique», et s’enferme dans un «engrenage» inouï qui la voit cacher et confiner Séréna 23 mois.

«Mal traitée, en un mot ou deux»

L’enfant est gardée entre la voiture, un réduit au rez-de-sol, sans que personne ne sache, n’entende, dans la maison de Brignac-la-Plaine, en Corrèze. Malgré la télévision allumée en permanence, malgré le bruit à l’étage de trois enfants de 8, 7 et 2 ans. Et même si le père entendait «marcher le micro-ondes la nuit» (pour les biberons). Le concubin, décrit comme souvent alcoolisé, qui assure n’avoir rien su de la grossesse ou de l’existence de Séréna, a bénéficié d’un non-lieu. Gravement malade, il ne devrait pouvoir être entendu à Limoges.

Ces «deux vies, une avec ma famille, une avec Séréna», comme tentera d’expliquer Rosa da Cruz, sont revenues mardi dans des débats dominés par les témoins, secouristes, médecins. Et les déclarations de la mère aux enquêteurs alors, qui dissonent avec la «sidération», la «chosification» ou le «déni d’enfant» invoqué depuis par la défense. «Ce qui ne pouvait pas être ignoré, c’est la souffrance de cette enfant», résumera un légiste expert. «Mal traitée, en deux mots et en un seul mot».

«Immédiatement, spontanément, elle dit que l’enfant est sa fille, qu’elle s’appelle Séréna. A plusieurs reprises elle se référera [sa] fille», dira un gendarme des premiers interrogatoires. Elle raconte qu’elle «lui faisait des câlins, lui parlait, à plusieurs reprises elle lui a demandé pardon», dira une autre enquêtrice.

«Oui, je sais, c’est pas bien», lâchera-t-elle au garagiste stupéfait devant le coffre ouvert. Qui la trouvera «très calme, zen», pendant que pompiers et gendarmes s’affairent autour du bébé, avant de l’emmener. «Elle devait être au bout, elle est venue chercher de l’aide...», dit le garagiste chez qui la mère a conduit la voiture.

Rappelons que, condamnée en première instance à deux ans de prison ferme, Rosa da Cruz encourt 20 ans de réclusion.

 

Photo: Chrystèle Chassagne-Delpech, l'avocate de Rosa Maria Da Cruz.