A Limoges, la voie du «faire pour apprendre»

Etablissement privé d’enseignement technique à but non lucratif reconnu par l’état, la toute première «école de

production» de Nouvelle-Aquitaine est ouverte depuis septembre à Limoges autour d’une première promotion de 12 aspirants au CAP monteur-câbleur-électricien, en prise directe avec les entreprises du territoire.

Dans cette première école de production en région Nouvelle-Aquitaine, la formation se décline en 2/3 de pratique de production professionnelle et 1/3 de théorie, le maître professionnel, pierre angulaire du dispositif, faisant le lien entre les formateurs théoriques et 12 jeunes, âgés de 15 à 18 ans.

La philosophie : «faire

pour apprendre»

En parallèle du lycée professionnel, et de l’apprentissage, cette troisième voie offre aux élèves en désamour avec l’enseignement traditionnel ainsi qu’aux mineurs isolés, une formation privilégiant le «faire pour apprendre» un métier en tension, en l’occurence celui d’électricien. «Un projet local, de conviction soutenu par des bénévoles» précise Vincent Boucry, président de La Cordée Nouvelle-Aquitaine, association porteuse de ce projet mûri depuis deux ans à partir de besoins identifiés sur le territoire. Le recrutement des jeunes se fait en lien avec la Mission locale, les associations de quartiers et collèges, pour répondre au besoins des entreprises sur le territoire.

«Au contraire de l’apprentissage, le principe de l’école est de mettre en situation de travail jeunes en décrochage scolaire et mineurs isolés dans un même lieu» explique Mustafa Gursal, directeur de l’école de Production de Limoges. «Elle est aussi une

entreprise puisque la pratique professionnelle, encadrée par un maître professionnel, s’acquiert à partir de vraies commandes pour de vrais clients souligne Vincent Boucry, président de La Cordée Nouvelle-Aquitaine, assocation porteuse du projet précisant : «Nous nous positionnons comme une entreprise du secteur au même titre que les autres, dans nos

locaux, grâce à la réalisation de sous-traitance de câblage électrique pour les entreprise du territoire. Cette production se fait aux conditions du marché-qualité, traçabilité et coûts d’exécution identiques. Ce qui donne aux élèves à la sortie, une grande capacité à s’intégrer qui les rend employables de suite».

De 35

à 40 élèves

Dans cette école hors contrat qui délivre un diplôme reconnu par l’Education Nationale, l’enseignement général est assuré par des professionnels, rémunérés et bénévoles. Le budget de fonctionnement de l’établissement s’équili-bre entre 1/3 de recettes de production, 1/3 de taxe d’apprentissage et 1/3 de subventions (émanant en majorité de la Région, Limoges Métropole, la Fondation Legrand, Total Foundation, la Fondation la France s’engage, ainsi que France Active Limousin, pour l’étude réalisée en amont de la mise en œu-vre du projet). Objectif à terme pour l’école : un effectif de 35 à 40 élèves du CAP d’électricien au bac professionnel, qui nécessitera d’étoffer l’équipe enseignante et le recrutement de trois autres maîtres professionnels.

En 2017, 30 écoles de production en France préparaient plus de 750 élèves à des diplômes professionnels d’état (CAP, Bac pro, ou certificats professionnels) dans les métiers de la restauration, de l’automobile, de l’industrie, du bâtiment, du digital, des métiers du bois et des métiers paysagers.