Fil info
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga
20:16 Rétablissons les faits réels : a publié une image de cette cérémonie.
09:51L toujours avec nous et dans notre ❤️ le faire vivre une urgence !! https://t.co/WkKC72f5CT
09:20Aujourd’hui jour de soutien à Sylvie postière à qui passe en conseil de discipline ✊🏼… https://t.co/eRtiBqNEM9

Une zone blanche, des tours, un pylône et des explications

Xaintrie Val’Dordogne

L’implantation d’un pylône de téléphonie mobile à proximité du site touristique des Tours de Merle sur la commune de Saint-Geniez-Ô-Merle a vu naître un mouvement de contestation. Le président de la communauté de communes Xaintrie Val’Dordogne et la maire de Saint-Geniez-Ô-Merle ont souhaité donner des informations précises sur ce dossier.  «Ce pylône n’est pas une lubie !».

«Le fameux pylône des Tours de Merle commence à devenir une affaire un petit peu problématique. Que l’on mette en cause des agents de la  commune, de la com-com, du Département c’est un peu fort. Ce sont des manières de procéder condamnables. On n’a pas besoin d’insulter sur les réseaux sociaux» déplore Hubert Arrestier. Le président de la com-com Xaintrie Val’Dordogne ne «s’interdit pas de porter l’affaire en justice pour  diffamation».   
La pétition mise en ligne contestant l’implantation de ce pylône met en cause la com-com et la maire de Saint-Geniez-Ô-Merle l’accusant d’avoir délivré le permis de construire «sans concertation avec les habitants, avec dissimulation». Corinne Boussu, maire de Saint-Geniez-Ô-Merle rappelle la genèse de l’implantation de ce pylône.
Dans le cadre de la couverture des zones blanches téléphonie mobile, deux programmes nationaux avaient été lancés en 2016 : appel à Projets  «zones blanches centres bourgs» et «zones blanches sites stratégiques». Le Conseil départemental avait soumis au Comité National d’Engagement de l’Agence du Numérique du 23 février 2017 l’approbation d’une liste de «sites stratégiques» : zones / équipements de développement économique, zones touristiques etc.

"Un an pour trouver une parcelle"

Cinq sites corréziens étaient sélectionnés : Pont de Lamirande (sentier de rando), Ensemble du Pont-Aubert à Soursac, Domaine de Sédières à Clergoux, plan d’eau de Meilhards, Tours de Merle.
Les procédures légales se poursuivront avec l’approbation du conseil municipal, du conseil communautaire (à l’unanimité des élus  communautaires). En 2018, la commune de St-Geniez-Ô-Merle recherche des parcelles à proposer aux opérateurs. Des propositions ont été  refusées par les habitants. «On a mis un an pour trouver une parcelle, dans les bois, qui appartenait à EDF. Elle se situe dans les bois à plus de 500 m à vol d’oiseau du site. Elle a été acceptée par les opérateurs, par la DREAL (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement). La parcelle n’est pas située en zone Natura 2000. Une demande a été faite à l’Architecte des Bâtiments de France. L’ABF a émis un avis défavorable. Ce n’est qu’un avis consultatif. ça m’a permis de délivrer le permis de construire le 14 mars 2019. En juin 2019, l’avis de délivrance du permis de construire a été affiché en mairie et sur la voie d’accès au pylône. Tout est en ligne sur le site de la commune» argumente Corinne  Boussu qui se défend «Je n’ai pas fait de faute».
La maire de St-Geniez-Ô-Merle précise que les habitants de sa commune ont été régulièrement informés des démarches concernant l’implantation de ce pylône de téléphonie pour desservir un site en zone blanche.

Pour le développement du site

«L’Etat ne va pas dilapider l’argent public. Ce site a été reconnu en zone blanche. Les mesures ont été effectuées sur des critères nationaux avec des points de mesures très strictes à la demande de l’ARCEP» insiste Rodolphe Mailles, directeur général de la com-com.
Une nécessité pour le développement du site des Tours de Merle qui est un des sites touristiques majeurs de la Corrèze. La fréquentation de cette année à plus de 20.000 personnes dont 10.000 en août en témoigne.

JPV


Les arguments de l’association Agir Autrement pour la Xaintrie

Le 5 juin, le maire de Saint-Geniez-ô-Merle a accordé un permis de construire pour l'implantation d'une antenne relais de téléphonie mobile de 45m de haut dans le Site classé des Tours de Merle.
Le projet de construction d'un pylône*de téléphonie mobile pour désenclaver la zone blanche des Tours de Merle a été voté en 2017 en Conseil Communautaire de Xaintrie Val Dordogne. «A cette période là, le lieu d'implantation n'est pas déterminé et ce vote n'a donc pas posé problème aux délégués communautaires et peu d'entre eux ont dû aller vérifier si zone blanche il y avait, sur le site même des Tours de Merle», commente l’association Agir Autrement pour la Xaintrie (AAPLX) qui réfute les arguments avancés pour justifier le refus de cette antenne.
AAPLX considère que ce n’est pas une zone blanche : «Nous avons multiplié les tests et ce avec différents opérateurs. Nous avons fait 10 points de contrôle à l'intérieur du site des Tours de Merle. A chaque fois les appels ont abouti. En cas d'urgence, les secours restent donc  toujours joignables: pas de problème pour l'accueil des 20.000 touristes par an sur cette zone», estime l’association dans un communiqué. «De plus, la zone est irriguée par un pylône situé à environ 1.800 mètres et la fibre va bientôt y être installée».

Impact visuel

L’association met en avant l’Impact visuel du pylône de 45m «dans l'environnement d'un site classé». Un impact confirmé par l'architecte des Bâtiments de France qui a donné d’abord un refus catégorique modifié par un avis défavorable simple (cf la loi Elan article modifié en novembre 2018) qui permet aux maires de passer outre cet avis s’il s'agit d'implanter des pylônes de téléphonie pour désenclaver des zones blanches. «Le pylône est situé en abord de monuments historiques (château et restes du château du château de Merle) et dans deux sites protégés. Il s'inscrit dans un environnement paysager de très grande qualité et extrêmement bien préservé. Le pylône, situé en ligne de crête, est de nature à procurer un impact visuel très important dans le grand paysage depuis la RD13 où se trouvent plusieurs cônes de vue sur les Tours de Merle et la colline du Suc du Theil où sera implanté le pylône. Considérant que le projet est de nature à porter atteinte à la qualité des abords des monuments protégés et à l'écrin des sites protégés, un avis défavorable est donné», indique Hubert Mercier, architecte des Bâtiments de France, en mai 2019. L’association dénonce aussi «un manque de concertation avec les habitants car l'adresse des travaux figurant sur l'arrêté du permis de construire mentionne rue de Turenne à Saint-Geniez-Ô-Merle, adresse qui n'existe pas sur cette commune».
L'AAPLX a lancé une pétition sur la plateforme en ligne Change.org qui a obtenu à ce jour plus près de 600 signatures. Elle s’intitule "Non au pylône antenne aux Tours de Merle (Corrèze)". En outre, l'AAPLX  «appelle les conseillers de la communauté de communes Xaintrie Val' Dordogne, maître d’ouvrage du projet, à faire preuve de responsabilité en reconsidérant l'intérêt de la construction d'un pylône très probablement inutile qui n’aura pour effet que de détériorer ce site préservé des Tours de Merle».

(*) le marché a été attribué à Axians Pylones Services France-Santerne-Toulouse qui est une filiale à 100% de Vinci Energies France.