Fil info
11:02 hélas ne pourra pas lui rendre hommage
20:08La mort de Poupou... Un choc. On le croyait immortel... Grâce à , j'avais pu recueillir de nombreux témoi… https://t.co/DXXy23JzAW

Education, prévention et plus de tranquillité publique

Sécurité

Hier, le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance s’est réuni afin de dresser un bilan du premier semestre 2019 et proposer un plan d’action.

Le constat est là : les faits délictuels ont augmenté au premier semestre 2019. Selon la Direction départementale de la Sécurité publique, les atteintes aux biens ont connu une hausse de 26,23%, ce qui représente 154 faits soit 32 de plus par rapport à 2018. Les atteintes à la personnes ont, quant à elle, subi une hausse de 39,6% avec un total de 81 faits contre 58 l’an dernier. Face à ses chiffres, le préfet de la Corrèze Frédéric Veau tempère : «En comparaison avec des villes de même strate comme Cahors, Guéret ou Foix, Tulle est 40% en dessous des faits constatés dans la moyenne de ces villes». Il n’empêche la tranquillité de vie se dégrade dans la capitale corrézienne - les habitants du quartier du Trech ne diront pas le contraire - et il faut y remédier.

Politique éducative

Pour cela, la municipalité a défini trois axes de travail. Le premier concerne sa politique éducative à destination des jeunes. Aucun grand changement ne devrait être à noter. Simplement, la Ville entend renforcer son engagement dans la prise en charge et l’accompagnement de la jeunesse. «Notre but est de réaffirmer cette volonté et d’y adjoindre une nouvelle façon de travailler en associant davantage de partenaires locaux ainsi qu’en croisant les informations et les données de chacun», explique Fabrice Marthon, adjoint en charge de la Sécurité et de la Tranquillité publique. Un label «Association éducative» devrait également être créé afin de reconnaître à une association, son action positive dans l’intégration des populations en difficulté.

De la prévention

Le deuxième point sur lequel la municipalité compte insister, s’appuie sur la prévention. Là aussi, une plus grande transversalité doit être mise en place entre cette dernière et ces partenaires institutionnels tels que la Police nationale mais aussi au sein même de la collectivité. Ainsi parmi les mesures envisagées, un poste de médiateur de rue devrait être créé d’ici le premier trimestre 2020. «Jusqu’à présent, nous étions dans une politique d’accompagnement. Là, nous irons au devant des problématiques en allant sur le terrain», explique le maire Bernard Combe. Et Fabrice Marthon d’ajouter : «L’idée est de sortir de la logique d’accueil avec un guichet systématique mais au contraire, d’aller à l’écoute la population».

Vers une police municipale

Le dernier chantier concernera le renforcement de la tranquillité publique avec un travail de luttes contre les violences intrafamiliales. Une réflexion sur l’espace public devrait être menée dans le cadre du plan Cœur de ville afin de déterminer ce qui doit être amélioré ou non dans l’aménagement urbain. La politique du logement sera également revue.  «Il faut privilégier des logements de nature différente et traiter la question du logement social de façon à ce qu’on puisse parfois en réduire l’importance ou la voilure» détaille  le maire PS.
Mais la mesure la plus importante restera la création du «Service Vie municipale et Sécurité». Celui-ci se composera de l’actuel service du Domaine public, d’un médiateur urbain et d’une toute nouvelle police municipale. «Cette création est une adaptation logique de notre politique urbaine. Je ne le fais pas dans la contrainte ni dans l’urgence. Ce qui s’est passé dans le Trech cet été ne relève pas, au-delà du symbole, de l’ordre public comme on le conçoit mais plutôt de la tranquillité» justifie Bernard Combes.
Quatre agents seront mobilisés et travailleront en convention avec la Police nationale. Ils disposeront de véhicules et de moyens techniques modernes mais ne seront pas armés. «Cette police sera dédiée à l’écoute et à la rencontre des populations dans tous les quartiers de la ville», conclut l’édile.
En attendant, ce projet doit encore obtenir l’aval du comité technique qui se réunira la semaine prochaine avant d’être présenté ce mardi au conseil municipal. 

   
Claire Mouzac