Fil info
11:02 hélas ne pourra pas lui rendre hommage
20:08La mort de Poupou... Un choc. On le croyait immortel... Grâce à , j'avais pu recueillir de nombreux témoi… https://t.co/DXXy23JzAW

Sécurité en ville : vers un partenariat opérant ?

Vie de la cité

Dans le droit fil du dernier Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance, une réunion en présence de commerçants et d’élus a eu lieu hier au commissariat.

La recrudescence cet été dans le quartier du Trech des incivilités  et la montée d’un sentiment d’insécurité a donné lieu à différentes actions* et réactions ! En lien avec la police nationale, l’embauche par la Ville de Tulle au mois d’août  et septembre de vigiles privés, travaillant en lien avec la  police nationale. La semaine dernière lors du conseil local de sécurité, le maire Bernard Combes a annoncé des mesures d’ordre social ainsi que  la création d’un «Service Vie municipale et Sécurité». Quatre agents dédiés travailleront en convention avec la Police nationale, soit une police municipale (non armée) à l’écoute de la population  dans tous les quartiers.

Groupes de partenariat opérationnel

Hier après-midi, en présence d’une douzaine de commerçants, la majorité du quartier du Trech, d’un élu et de responsables de la mairie, une réunion de travail et d’échanges a mis des mots sur des maux. La DDSP Émilie Ngasho Mpanu a expliqué tenants et aboutissants des «groupes de partenariat
opérationnel, c’est le continuum de la sécurité du quotidien. On est beaucoup dans la prévention, la lutte en commun de ces choses qui nous pourrissent la vie, ces incivilités qui dépassent le domaine strict de la police».

"Ils se foutent de nous"

L’objectif de ces groupes ser la réactivité entre toutes les parties pour un maximum d’efficacité par des actions simples et rapides. Les commerçants ont eux vidé leur sac : «Ils se foutent de nous et de tout le monde» résume l’une d’elles. Les ados du Centre départemental de l’enfance ont été évoqués. Une poignée d’entre-eux posent en effet quelques difficultés. Le commandant Touboulic a rappelé que les personnes contrôlées étaient «tullistes à 90% et français à 100%». Il a invité les commerçants et les habitants à faire appel à eux le plus souvent possible. Sylvie Christophe présidente du CCAS a livré quelques données sur le fait de venue de nouvelles populations dans les petites et moyennes villes : «L’effet de la métropolisation éloigne les plus fragiles des villes importantes».
Les échanges ont permis de relativiser  la situation d’une cité qui était aux dires d’un commerçant «excessivement calme» !

Serge Hulpusch

(*) Deux arrêtés municipaux ont interdit cet été la vente d’alcool après 21h et le fait de boire de l’alcool sur la voie publique