Soumis par Rédaction régionale le lun, 13/05/2019 - 22:44

Les hommes marchent avec leur tĂŞte, levons-nous et marchons
André riffaut, condat-sur-vienne

Peuple de gauche qui n’en pouvez plus de tant d’humiliation, réagissez massivement contre les injustices grandissantes.
Les semaines qui viennent de s’écouler nous ont montré jusqu’où le capitalisme dans sa démesure peut conduire notre pays au désordre organisé pour ne pas répondre aux urgences exprimées par des millions de voix anonymes et unanimes.
La souffrance de plus en plus évidente et choquante des millions de Françaises et de Français qui galèrent jour après jour alors que des richesses colossales sont amassées par les privilégiés qui exhibent fièrement leurs trésors sous notre nez. Les dons pour la cathédrale de Paris qui se chiffrent par centaines de millions nous ont montré qu’un meilleur partage des richesses était non seulement nécessaire mais possible.
Le peuple de France outragé et humilié est au bord de l’explosion.
Depuis plus de 5 mois, les samedis des Gilets jaunes largement médiatisés montrent la colère de nos compatriotes les moins favorisés et la réponse musclée de ce gouvernement ne fait qu’exacerber les esprits surchauffés.
Le 1er mai 2018 avait mobilisé beaucoup de salariés dans les villes et déjà la CGT avait été la cible des autorités par police interposée, les casseurs semblant justifier les interventions musclées contre les manifestants pacifiques.
Le 1er mai 2019 qui a mobilisé beaucoup plus de manifestants dans toutes les villes de France (au moins 240) avec la CGT et de nombreux Gilets jaunes a pris un caractère de guerre civile dans la capitale ou la présence de 2.000 black blocks étaient annoncés alors qu’ils étaient environ 150 a 200 de source autorisée. Les 7.400 policiers mobilisés pour « encadrer » et « sécuriser » la manifestation semblaient avoir une mission bien précise : dénaturer l’objectif du 1er mai et discréditer la CGT. En province, les 240 cortèges organisés ont rassemblé des syndicalistes, des travailleurs inorganisés et des Gilets jaunes dans une ambiance conviviale et souvent festive. Selon les calculs de la confédération CGT, ce sont 310.000 manifestants qui ont été comptabilisés sur toute la France métropolitaine.
A Paris, plusieurs incidents graves ont eu lieu. L’agression du secrétaire général de la CGT et son entourage qui ont été gazés et certains matraqués. Nous attendons les résultats de l’enquête du GIGN et les sanctions appropriées qui devront s’appliquer contre les coupables jusqu’au ministre de l’Intérieur et du préfet qui sont les donneurs d’ordres.
A noter que la FSU coorganisatrice de la manifestation a décidé de quitter la manifestation pour fuir la violence.
Autre incident gravissime à l’hôpital Pitié-Salpêtrière où quelques manifestants pour fuir les gaz lacrymogènes et la charge des policiers, se sont réfugiés. Le ministre de l’Intérieur voyant à travers ce fait divers très compréhensible UNE ATTAQUE, démentie par les témoins et les films réalisés, a été contraint de se désavouer sous la pression des réalités. Nous sommes en  droit de demander à monsieur Castaner pourquoi, alors que 7.400 policiers étaient mobilisés dans la capitale, aucune force de l’ordre n’était présente devant l’hôpital qui se situait sur le parcours de la manifestation ?
Pendant ce temps, le gouvernement poursuit son travail de casse de nos acquis sociaux et de transformation de la société pour la rendre plus inégalitaire et invivable pour une large majorité des Françaises et des Français.
La réforme de la retraite semble bien avancée, l’annonce est faite d’un vote du Parlement en juillet alors que les organisations syndicales qui s’y opposent n’ont pas été consultées. Quant au contenu, rien de bon à attendre puisqu’il est question de faire disparaître notre régime par répartition pour le remplacer par un système par points comme en suède ou l’âge de départ en retraite va être reporté à 67 voire 70 ans. Modèle de démocratie à la sauce Macron qui nous a dit « les Français doivent travailler plus et plus longtemps ». Quant à l’ISF, l’augmentation du SMIC, des salaires, retraites et pensions, des paradis fiscaux, du CICE ou du RIC...mieux vaut ne pas en parler…
Vous avez dit « président des riches » je dis « président des ultras riches » sans oublier celles et ceux qui le sont un peu moins mais appartiennent « aux premiers de cordée ».
Pour les prochaines européennes, plus de 30 listes ont été déposées et la campagne officielle va pouvoir commencer. Les premiers sondages sont très favorables à la droite et son extrême créditées de 70 % des suffrages supposés s’exprimer. Il y aura 79 sièges pour la France si la Grande-Bretagne ne vote pas. C’est une élection à un tour et à la proportionnelle. Il faudra obtenir 3 % pour que les frais de campagne soient remboursés et 5 % pour espérer avoir des élus.
La liste communiste conduite par Ian Brossat qui a été très remarqué au cours du premier débat télévisé doit encore progresser pour envoyer des élus à Bruxelles. La singularité de la liste communiste est qu’elle comporte 50 % de candidats ouvriers et employés et la seconde sur la liste est une ouvrière du textile.
Si nous voulons changer la politique en France pour la rendre plus sociale, égalitaire, écologique, en imposant le partage des richesses, nous devons changer l’Europe d’où l’importance du vote du 26 mai. N’oublions pas d’aller voter après mûre réflexion pour assumer pleinement nos responsabilités.
Votons pour « l’Europe des gens plutôt que l’Europe de l’argent » comme ne cesse de le répéter Ian Brossat.
Nous apprenons, l’évènement me semble important, que 1.400 artistes ont signé une déclaration en soutien aux Gilets jaunes en expliquant qu’ils réclamaient des choses essentielles : démocratie directe, justice sociale et fiscale, mesures radicales face à l’urgence écologique. Elles et ils dénoncent les « ficelles usées » à outrance pour discréditer le mouvement. Parmi les signataires : Juliette Binoche, Emmanuelle Béart, Fany Cotençon…Le mouvement contre la politique de Macron prend de l’ampleur et de la hauteur, espérons qu’il se concrétisera le 26 mai et qu’il se poursuivra contre le capitalisme ennemi du peuple et pour une société humaine de partage de liberté de fraternité d’égalité et de paix.

air max 90 essential epic