grève

© Droits réservés

Pour que le service ne déraille pas

Suppression de postes au guichet et en manœuvre, rétrécissement de la plage horaire de vente des billets... A Brive, huit emplois sont sur la sellette. Ce dimanche et dimanche prochain, un préavis de...
© Droits réservés

FO Dordogne durcit le ton : une grève pourrait se déclarer bientôt

Par voie de communiqué, la commission exécutive de l'union départementale des syndicats Force ouvrière (FO) de la Dordogne qui s'est réunie mardi 15 octobre 2019 fait savoir qu'il fait...
© Droits réservés

Santé, les Ibodes en grève à St-Junien

Les Ibodes, ce sont les infirmières et infirmiers en bloc opératoire diplômés d’Etat.Un type de métier qui nécessite une formation spécifique. «Pour avoir les compétences nécessaires et...
Social

Les postiers de Tulle et de Brive étaient en grève hier, pour contester une nouvelle réorganisation du travail qui prévoit la suppression de six tournées dans les deux villes. L’action est soutenue par la CGT, Sud et FO.
 

Social

A partir de mardi, la distribution du courrier sera perturbée sur le département. Les usagers desservis par les Facteurs de Brive, Tulle, Corrèze, Argentat, Marcillac-La-Croisille et St-Privat seront en peine de correspondances.

Après une semaine de mobilisation, les salariés de Pipelife ont réussi à faire revenir la direction à la table des négociations pour finaliser le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). En signe de bonne volonté, les grévistes ont décidé de reprendre le travail hier à 14 h.

Une grève s’est déclenchée hier à l’entreprise Man en zone nord de Limoges (vérandas, stores, pergolas...) en soutien à un salarié qui a été mis à pied après avoir refusé une rupture conventionnelle.

Présent depuis 14 ans dans l’entreprise Man située en zone nord de Limoges, Frédéric Fenollan s’est vu notifier vendredi soir, une mise à pied conservatoire pour cette semaine. «Le patron a attendu que je sois seul vendredi soir.

Social

Les agents de l'Etablissement d’hébergement de personnes âgées dépendantes étaient en grève hier pour dénoncer des déficits de personnel et de dialogue social.

Grève

Depuis mercredi les salariés du groupe Vivarte ont durci le ton dans le conflit qui les oppose à leur direction. En cause, les négociations du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) qui n’avancent pas.

Education Nationale

Après le rejet à l’unanimité des propositions du Recteur sur la répartition des postes dans les trois départements de l’académie de Limoges, un nouveau comité technique paritaire sera convoqué mercredi prochain.

Deuxième jour d’action hier dans les transports en commun de l’agglomération de Limoges. Plus de 70% des «roulants» de la STCL, selon les organisations syndicales CGT et SATUL, ont de nouveau cessé le travail pour demander une revalorisation des salaires.

Un brasero crache sa fumée devant le dépôt du Clos Moreau où le personnel en colère s’est massé.

Belgique. Front commun de tous les syndicats qui dénoncent la politique du gouvernement de droite.

Avions cloués au sol, trains, trams et bus remisés dans les dépôts, accès aux entreprises et aux administrations bloqués par des « piquets » : la Belgique sera paralysée ce lundi par une journée de « grève nationale » organisée par les syndicats pour contester la politique d’austérité du gouverne

Hier, les salariés d’Eiffage, après une première action le mois dernier à l’appel de la CGT, étaient de nouveau en grève. En cause un accord d’entreprise porté par la direction qui prévoit la suspension du 13e mois des «petites mains» en échange du mainti

«Dans ce pays, on ne peut pas dire qu’on se met en grève pour se parler», lâche à ses salariés le directeur régional d’Eiffage construction.

Pages